Bénin: Léon Basile Ahossi fait une confidence sur la création de l’USL

Invité dans l’émission « 100% Bénin » de Sikka Tv, le mercredi 12 février 2020, l’ancien député Léon Basile Ahossi est revenu sur son bref passage à l’Union Sociale Libérale (USL) dont Sébastien Ajavon est le président d’honneur. Selon ses dires, l’USL n’aurait pas vu le jour si Sébastien Ajavon l’avait écouté.

A lire aussi:

A ce jour, l’ancien député Léon Basile Ahossi n’est membre d’aucun parti politique. Sa proximité avec le président d’honneur des Forces Cauris pour un Bénin  Émergent (FCBE) a fait penser à certaines personnes qu’il avait adhéré à ce parti après avoir claqué la porte de l’USL. Mais le concerné affirme qu’il n’a jamais été membre des FCBE. Parlant de sa démission de l’USL, il évoque la divergence de conception entre lui et Sébastien Ajavon sur la question politique; il a également fait une confidence sur ses échanges avec Sébastien Ajavon en prélude à la création de l’USL.

 « Il y a quelque chose que je n’ai jamais dit; mais que je vais vous dire. J’avais demandé au président Ajavon de ne pas créer un parti politique. Je lui avais dit de ne pas le faire », Léon Basile Ahossi.

A l’en croire, ce conseil qu’il avait donné à l’homme d’affaires était motivé par certaines raisons qui s’expliquent aujourd’hui par les difficultés qui affectent le fonctionnement normal du parti. Léon Basile Ahossi explique qu’il n’a pas pu empêcher Sébastien Ajavon d’aller au bout de son idée de création de parti parce que ce dernier était très déterminé. « Quand il m’a dit qu’il ne pouvait pas de ne pas le faire, et qu’il m’a appelé pour venir l’aider, j’ai accepté d’y aller. Mais très tôt j’ai compris que nous n’avions pas les mêmes conceptions de la question politique, et je suis parti », a-t-il confié, pour justifier son départ du parti.

L’USL de Sébastien Ajavon en difficulté

L’Union Sociale Libérale (USL) de l’homme d’affaires Sébastien Ajavon, arrivé troisième au premier tour de l’élection présidentielle de 2016, est en grande difficulté. Exclu des élections législatives d’avril 2019 pour défaut d’existence juridique, le parti sera encore absent au rendez-vous des élections communales du 17 mai 2020. Pire, cette formation politique est secoué, depuis quelques semaines, par une vague de démissions.

Pour les responsables du parti, tout ce qui arrive aujourd’hui à l’USL est l’oeuvre du régime en place. Selon eux, c’est le régime qui a délibérément choisi de confisquer leur récépissé d’enregistrement qui devrait justifier leur existence juridique. « Jusque-là notre récépissé a été confisqué par le ministère de l’Intérieur pour des raison que vous savez », avait déclaré Donklam Abalo. Contraint à l’exil suite à sa condamnation à 20 ans de prison ferme par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet), dans une affaire de cocaïne, Sébastien Ajavon observe, de loin, le regard impuissant, la tempête qui s’abat sur son parti.

A suivre en février, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

Privacy & Cookies Policy
X