Bénin: crise au sein du bureau de la CNAB

La cohésion existante au sein de la Confédération nationale des artisans du Bénin (CNAB) est menacée. Le renouvellement “clandestin”  du bureau suscite des mécontentements. 

Les artisans étaient face à la presse dans l’arrondissement d’Agblangandan en fin de semaine dernière. Au cours de cette sortie médiatique, ils ont dénoncé l’imposition d’un nouveau bureau à leur association. A en croire les conférenciers, on tente de leur imposer un nouveau bureau de la Confédération nationale des artisans du Bénin (CNAB) alors qu’il n’y a pas eu d’élection formelle. En effet, selon eux, les problèmes ont commencé depuis le mois de septembre 2019. A cette date, le président sortant, Joyanot Amouzoun, après trois ans à la tête de la CNAB, programmait les élections pour le 12 novembre 2019 alors que son mandat prenait impérativement fin le 07 novembre 2019. L’augmentation des cotisations par membre qui passe de 30.000FCFA à 90.000FCFA et l’organisation clandestine d’élection serraient, aux dires des conférenciers, la pomme de discorde.

A Lire aussi https://beninwebtv.com/2020/02/la-prestation-de-talon-sonnait-faux-face-aux-realites-actuelles-sylvain-akindes/

Pour protester contre cet état de chose,  des mouvements d’humeur ont été organisés sur l’étendue du territoire national. Mais, malgré ces démarches de sortie de crise, déplorent-ils, le ministre Modeste Kérékou, à entendre les conférenciers, s’est rangé du côté du camp Amouzoun dont le mandat a expiré, en prenant un arrêté qui suspend l’aile Françoise Laly Sohouanzo, élue présidente de la CNAB le 06 janvier 2020 à Bohicon par les membres des bureaux des fédérations des huit branches d’activité. Face à la gestion du dossier par l’autorité ministérielle et pour éviter l’instauration d’un monstre à deux têtes au sein de la CNAB, les conférenciers implorent l’implication du chef de l’Etat pour dénouer cette crise.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.