Algérie : à l’occasion de l’an 1 du Hirak, le président promet des « changements radicaux ».

Il y a un an, le mouvement algérien Hirak est né et a fait basculer le cours de l’histoire de ce pays en faisant tomber l’indétrônable président Abdelaziz Bouteflika en décembre. Son successeur, Abdelmadjid Tebboune, a demandé au mouvement, des concessions afin de mettre en œuvre des « changements radicaux ».

Dans un entretien jeudi avec le quotidien français, le Figaro, Abdelmadjid Tebboune a indiqué qu’il ferait de son mieux pour instaurer des changements dans le système politique et social en Algérie, mais qu’il lui fallait du temps et la coopération de tous. « Nous ne pouvons pas réformer, réparer et restaurer ce qui a été détruit en une décennie, en deux mois », a déclaré Tebboune au Figaro. Tebboune a été critiqué par les manifestants comme représentant l’élite dirigeante qu’ils veulent destituer, après avoir servi à plusieurs reprises comme ministre et une fois brièvement comme Premier ministre pendant le règne de deux décennies de Bouteflika .

A la suite de son investiture, suite à une élection boycottée, Abdelmadjid Tebboune « a tendu la main » au mouvement Hirak pour construire une « nouvelle Algérie » avec pour priorité, des réformes sur le plan politique. « Je suis déterminé à aller loin en apportant des changements radicaux pour rompre avec les mauvaises pratiques, nettoyer la sphère politique et changer l’approche de la gouvernance », a-t-il déclaré jeudi. Il a aussi mis l’accent sur la principale des priorités, « la révision de la constitution » de l’Algérie. « Les limites », a-t-il ajouté, sont ces éléments « se rapportant en particulier à l’identité nationale et à l’unité nationale.

« Tout le reste est négociable ».

« Le deuxième domaine de travail sera celui de la loi électorale », pour donner une légitimité au Parlement « , qui devra jouer un rôle plus important », a-t-il dit, soulignant la nécessité de « séparer l’argent de la politique ».  Il a déclaré que « les choses commencent à se calmer » dans les rues et que « le Hirak a presque tout ce qu’il voulait », notamment le départ de Bouteflika en avril dernier et des cadors de « l’ancien régime » ainsi que les arrestations de responsables et d’hommes d’affaires suspectés de la corruption.

Même si le mouvement populaire sans précédent a diminué en nombre depuis décembre, les manifestants se déplacent toujours en masse tous les vendredis, pour répondre aux demandes d’une refonte complète du système. Dans son interview, Tebboune a rejeté toute idée selon laquelle, comme ses prédécesseurs, il était un président choisi par l’armée, un pilier du régime.  « Je me sens redevable uniquement aux personnes qui m’ont élu librement et ouvertement. L’armée a soutenu et accompagné le processus électoral, mais elle n’a jamais déterminé qui serait président. »

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X