Soleimani a été tué parce qu’il « disait de mauvaises choses à propos de notre pays », Trump

Justifiant l’assassinat du Général iranien Qassem Soleimani par le fait qu’il aurait comploté plusieurs attaques contre des intérêts américains, le Président américain a encore changé de version vendredi. Trump indique que Soleimani « disait de mauvaises choses à propos de notre pays ».

A lire aussi:

C’est donc parce que le Général iranien Soleimani « disait de mauvaises choses à propos de notre pays » que Donald Trump aurait ordonné sa mise à mort. Trump, s’exprimant vendredi lors d’un événement de collecte de fonds républicain dans sa propriété de Mar-a-Lago, en Floride, n’a pas mentionné la « menace imminente » qui, selon lui, a conduit à sa décision d’ordonner l’assassinat du Général Soleimani, rapporte Press Tv.

La justification de la « menace imminente » a été invoquée par des responsables américains au lendemain de l’assassinat, mais ils n’ont fourni aucune preuve de leur allégation. NBC News a rapporté lundi que Trump avait autorisé l’armée américaine à assassiner le Général Soleimani, il y a sept mois, contredisant sa justification de la « menace imminente ».

Trump donne des détails de l’opération d’assassinat de Soleimani

Trump a reconnu lors de la collecte de fonds que l’assassinat du Général Soleimani « avait secoué le monde ». Il a ensuite raconté avoir écouté des responsables militaires américains alors qu’ils regardaient la frappe via des « caméras qui sont à des kilomètres dans le ciel ».

« Ils sont ensemble, monsieur », a déclaré Trump à propos des responsables militaires. « Monsieur, ils ont deux minutes et 11 secondes. Aucune émotion. » 2 minutes et 11 secondes pour vivre, monsieur. Ils sont dans la voiture, ils sont dans un véhicule blindé. Monsieur, ils ont environ une minute pour vivre, monsieur. 30 secondes. 10, 9, 8 … « Alors, tout d’un coup, boum », continua-t-il. « Ils sont partis, monsieur. Coupure. », a raconté Tump, et rapporté par Press Tv.

Le récit détaillé de l’attaque par Trump va plus loin que ce que lui ou d’autres responsables américains ont dit à propos de l’assassinat.

A suivre en février, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

Privacy & Cookies Policy
X