Nigéria: Muhammadu Buhari envoie un message clair à Boko Haram

La secte islamiste Boko Haram ne s’en tirera pas d’affaire aussi facilement. Elle va payer cher pour toutes les atrocités qu’elle a commises au Nigéria. C’est la mise en garde qu’a faite le président nigérian Muhammadu Buhari au groupe terroriste Boko Haram dans la soirée du mardi 21 janvier 2020.

Au prise avec le groupe djihadiste Boko Haram depuis quelques années, le Nigéria reste toujours droit dans ses bottes. Le pays de Muhammadu Buhari ne compte pas céder un seul centimètre de son territoire aux assaillants de la secte islamiste. Ils seront poursuivis jusqu’à leur dernier retranchement et paieront le prix de toutes les atrocités commises. Le président Muhammadu Buhari a d’ailleurs été clair dans son tweet du mardi 21 janvier 2020. Très en colère, Buhari a déclaré que son administration “veillerait à ce que ces terroristes paient le prix fort de leurs actions perverses”. 

Cette nouvelle colère du président Muhammadu Buhari tire sa source de la mort de Lawan Andimi, qui était à la tête du gouvernement local de Michika, branche de l’État d’Adamawa de la CAN. L’autorité locale avait été enlevée par les assaillants qui l’ont exécutée plus tard. Adressant ses sincères condoléances à la famille de l’illustre disparu, le chef de l’Etat nigérian affirme qu’il était plus douloureux que les terroristes aient tué Andimi alors qu’ils donnaient l’impression qu’il serait libéré de leur «repère».

Muhammadu Buhari déterminé à en finir avec Boko Haram…

Le président nigérian se montre plus déterminé à poursuivre la lutte antidjihadiste qu’il a déclarée à Boko Haram depuis un certain nombre d’années. Il a d’ailleurs appelé l’armée nigériane à se ressourcer pour vaincre le carcan djihadiste.

“Cet incident a encore renforcé notre détermination en tant que gouvernement, et la détermination de nos vaillantes forces armées, de vaincre tous les groupes terroristes semant la mort, la violence et la destruction dans notre pays et à travers l’Afrique de l’Ouest” , a twitté le président Muhammadu Buhari.

L’insurrection de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria et sa répression ont fait plus de 27 000 morts et plus de deux millions de déplacés en 10 ans. Au Niger, la région de Diffa qui compte 600 000 habitants, abrite plus de 300 000 réfugiés et déplacés en raison des attaques de Boko Haram, selon des ONG.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus