Niger – attaque de Chinégodar: 7.000 personnes ont fui la zone (HCR)

Près de 7.000 personnes ont fui la zone de Chinégodar (ouest du Niger) après l’attaque du 9 janvier qui a tué 89 soldats, une des plus  meurtrières de l’histoire du pays, a annoncé samedi le Haut-commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR) dans un communiqué.

A lire aussi:

« Près de 7,000 personnes, dont un millier de réfugiés, ont fui l’insécurité et la violence, après la récente attaque contre la ville de Chinégodar, à une vingtaine de kilomètres de la frontière avec le Mali », selon le texte. « Les témoignages recueillis mentionnent des populations civiles craignant pour leur vie, après un ultimatum de la part des groupes armés », selon le HCR. « Elles sont cibles d’attaques, d’enlèvements ou d’assassinats, tandis que leurs biens sont appropriés par ces groupes. » « Dans leur fuite, réfugiés et déplacés n’ont pu prendre que ce qu’ils portaient sur eux, laissant derrière eux leurs maisons et leurs biens. », selon le texte.

Insécurité grandissante

« Au Niger, environ 5.000 personnes ont fui vers les villes de Banibangou et Oualam, où 7.326 Maliens sont déjà refugiés. Au Mali, près d’un millier de réfugiés nigériens, y compris des enfants non accompagnés, ont traversé la frontière et se trouvent désormais dans la ville d’Andéraboukane (…) dans la région de Ménaka qui accueille déjà 1.024 réfugiés nigériens depuis 2018 », souligne le HCR.   Depuis 2018, l’ONU indique que l’insécurité persistante est un obstacle à l’acheminement de l’assistance d’urgence aux dizaines de milliers de déplacés de la région de Tillabéri. En octobre 2019, le HCR a compté 56.815 réfugiés maliens, 2.190 burkinabè et 78.044 déplacés internes dans les régions de Tillabéri et Tahoua (ouest), victimes d’attaques des groupes jihadistes sahéliens.

L’attaque de Chinégodar revendiquée par le groupe Etat islamique (EI), a coûté la vie à 89 soldats. C’est une de spires attaques de l’histoire du pays. En 2015, un raid Boko Haram sur l’île de Karamga, située sur le lac Tchad, avait coûté la vie à 46 soldats et 28 civils avec 32 disparus, selon le ministère nigérien de l’Intérieur). L’attaque de Chinégodar est survenue un mois après celle d’Inates, dans la même région de Tillabéri, frontalière du Mali, qui avait coûté la vie à 71 soldats et traumatisé le pays. Le 25 décembre, une attaque à Sanam, également dans la même région de Tillaberi, a coûté la vie à 14 soldats nigériens.

Le chef d’état-major des armées et le chef d’état-major de l’armée de terre limogés

Les trois attaques ont été revendiquées par l’EI. Le modus operandi des trois attaques est le même avec l’utilisation de motos et véhicules transportant des combattants armés puis une fuite vers le Mali.  Le président nigérien Mahamadou Issoufou a limogé le chef d’état-major des armées et le chef d’état-major de l’armée de terre après ces attaques.

Tout le Sahel – en particulier le Mali, le Niger et le Burkina – est visé par les assauts de plus en plus audacieux de groupes islamistes, en dépit du renforcement des armées locales et de la présence de 4.500 militaires français de la force antiterroriste Barkhane.

Selon l’ONU, les attaques jihadistes au Mali, au Niger et au Burkina ont fait 4.000 morts en 2019.

A suivre en février, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

Privacy & Cookies Policy
X