Luanda Leaks : la réaction d’Isabel dos Santos après les accusations de fraude

Alors que les autorités angolaises ont gelé ses comptes et l’ont inculpée pour fraude, Isabel dos Santos, la fille de l’ex-président angolais, envisage de porter plainte contre le gouvernement de son pays.

A lire aussi:

La femme la plus riche d’Afrique a nié toutes les accusations portées à son encontre par le procureur général angolais, Helder Pitta Gros. Elle a indiqué que tout ceci était motivé par des considérations politiques car elle envisageait de se présenter pour briguer le fauteuil présidentiel. En effet, Isabel dos Santos a été provisoirement inculpée de « blanchiment d’argent, trafic d’influence, gestion préjudiciable … [et] de contrefaçon de documents, entre autres délits économiques ».

« Les allégations qui ont été faites contre moi ces derniers jours sont extrêmement trompeuses et mensongères. Il s’agit d’une attaque politique très concentrée, orchestrée et bien coordonnée, avant les élections en Angola l’année prochaine. C’est une tentative de me neutraliser et de discréditer l’héritage du président Dos Santos et de sa famille « , a-t-elle écrit. Elle envisage, pour ce faire, de poursuivre le gouvernement angolais, indique la BBC.

Les « Luanda Leaks »

Des documents divulgués ont montré comment Mme Dos Santos a eu accès à des affaires lucratives concernant la terre, le pétrole, les diamants et les télécommunications lorsque son père, Jose Eduardo dos Santos, était président.

« Des documents volés ont été divulgués de manière sélective pour donner une fausse impression de mes activités commerciales. Je suis une femme d’affaires privée qui a passé 20 ans à créer des entreprises prospères à partir de zéro, créant plus de 20 000 emplois et générant d’énormes recettes fiscales pour l’Angola. L’année dernière, mes entreprises ont payé plus de 100 millions de dollars d’impôts. J’ai toujours fonctionné dans le respect de la loi et toutes mes transactions commerciales ont été approuvées par des avocats, des banques, des auditeurs et des régulateurs « , a-t-elle écrit.

Un banquier, Nuno Ribeiro da Cunha, nommé suspect dans la même affaire, a été retrouvé mort dans sa maison à Lisbonne, au Portugal. Il gérait le compte de la compagnie pétrolière Sonangol, anciennement présidée par Mme Dos Santos, chez le petit prêteur portugais EuroBic. M. Da Cunha a été retrouvé mort dans l’une de ses propriétés à Lisbonne. Une source policière a déclaré aux médias portugais que « tout indique un suicide ».

vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X