Gabon: les 4 Chinois kidnappés lors d’une attaque de pirates, au large de Libreville, libérés au Nigeria

Quatre marins chinois enlevés à la mi-décembre dans l’Estuaire du Gabon, zone habituellement préservée de la piraterie de la région, ont été libérés au Nigeria, a annoncé le consulat de Chine à Lagos.

En décembre dernier, un Commandant de bateau gabonais a été tué et 4 marins chinois ont été enlevés, dans une attaque attribuée à des inconnus au large de Libreville. « En tout, ce sont quatre bateaux qui ont été visés dans ces attaques survenues dans la nuit du samedi à dimanche 22 décembre », avait expliqué le porte-parole du gouvernement gabonais, Edgard Anicet Mboumbou Miyakou.

Les quatre otages chinois ont été libérés sains et saufs jeudi et ont regagné leur pays dimanche, indique le consulat général de Chine à Lagos. L’opération ayant conduit à leur libération est le fruit d’un travail d’équipe entre le consulat en plus de la police et la marine nigérianes, nous a rapporté French.peopledaily. Une collaboration menée depuis que le consulat avait été informé que les quatre otages chinois avaient été emmenés au Nigeria après leur kidnapping, a confié à Xinhua, une source au sein de la chancellerie chinoise.

Le golfe de Guinée, qui s’étend des côtes du Sénégal à celles de l’Angola en passant par celles du Nigeria, sur 5.700 km, est devenu ces dernières années le nouvel épicentre de la piraterie mondiale devant le golfe d’Aden, au large de la Somalie. Début janvier, quatre membres de la marine nigériane ont été tués et deux Russes ainsi qu’un ressortissant indien, les membres d’équipage d’un navire pétrolier ont été kidnappés, puis libérés quelques jours plus tard. Fin décembre, un pétrolier grec ancré au large d’un port du Cameroun voisin a été pris d’assaut par des hommes armés qui ont enlevé le capitaine et sept membres de son équipage.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

A la une de l'actualité

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus