Fête des religions endogènes: Abimbola invite les Béninois à ne pas rejeter leur particularité culturelle

Depuis 1992 sous l’avènement du président Nicéphore Soglo, le 10 janvier a été décrété la journée nationale des religions endogènes. Une manière de réhabiliter et de valoriser la culture endogène. Dans le cadre du 27 ème anniversaire de cette fête, le Ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts, Babalola Jean Michel Hervé Abimbola a adressé aux Béninois un message dans lequel il les invite à ne pas rejeter leur particularité culturelle.

Depuis “Ouidah 92” où a eu lieu la première édition, le Bénin chaque année célèbre la fête des religions endogènes. Dans un message adressé au peuple béninois sur sa Page Facebook, Jean Michel Hervé Abimbola, ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts a indiqué que le “vodoun” est la particularité du Bénin. Ce qui le distingue des autres nations. De ce point de vue, il estime que la fête des religions endogènes notamment connue sous l’appellation de la fête du vodoun, est une célébration nationale que les Béninois ne doivent pas rejeter.

Pour le ministre Jean-Michel Abimbola, célébrer par exemple les divinités du Bénin ne doit pas être considéré comme contraire à nos convictions religieuses particulières. Pour soutenir sa position, le ministre  affirme que des non-catholiques ou des non-musulmans “visitent une cathédrale, une basilique ou une mosquée à Yamoussoukro, à Paris, à Rôme, à Rabat, à Istanbul ou encore à Jérusalem, cela ne les convertit pas pour autant au catholicisme ou à l’islam”.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.