Côte d’Ivoire: le gouvernement Ouattara prêt à une réforme du code électoral

En Côte d’Ivoire, le pouvoir se dit prêt à relancer le dialogue politique pour réaménager le cadre électoral en vue du scrutin de 2020. En prélude à cette élection, le premier ministre Amadou Gon Coulibaly a reçu à la primature le jeudi 9 janvier, les partis politiques du pays.

Les autorités ivoiriennes relancent les débats sur la loi électorale avec l’ensemble des partis politique sauf les mouvements affiliés au député Guillaume Soro. A la primature, le RHDP, le PDCI et le FPI, trois grands partis ont participé à la séance. Pour le chef du gouvernement, cette rencontre est une preuve supplémentaire de l’engagement du Président de la République Alassane Ouattara et du gouvernement de tout mettre en œuvre pour créer un environnement favorable à des élections démocratiques, ouvertes et transparentes. ” Cette phase sera consacrée à la finalisation des travaux relatifs au code électoral” a clamé Gon Coulibaly.

Bien que celle-ci rouvre les débats sur tout le processus, il y a tout de même un rubicon à ne pas franchir: la remise en cause de la commission électorale indépendante (CEI). « Il s’agira pour nous de ne pas empiéter sur les prérogatives de la Commission électorale indépendante, de ne pas non plus, par la longueur du temps du dialogue, perturber le calendrier électoral encadré par les dispositions constitutionnelles dont le respect s’impose à tous », a-t-il conclu. Cette instance chargée de conduire le processus électoral ne fait pas toujours l’unanimité entre les acteurs de la classe politique. Pour preuve, le PDCI et le FPI n’ont pas siégé à cette commission. Une chose qui fait craindre de probables perturbations du scrutin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.