@RFI

Conférence de Berlin sur la Libye : les puissances acceptent de ne plus fournir les armes aux parties

Les conclusions de la conférence de Berlin sur la Libye n’ont pas vraiment été convaincantes mais il a été décidé que les puissances étrangères ne fourniraient plus de soutien militaire aux parties en conflit pendant la durée du cessez-le-feu.

La déclaration finale de la conférence de Berlin sur la Libye n’a pas fait cas de la résolution de la crise mais une avancée a été constatée. Les différents Etats ont accepté de ne plus fournir de l’armement aux parties en conflit. La chancelière allemande Angela Merkel a fait cette annonce lors du sommet de la paix dimanche à Berlin après environ quatre heures de pourparlers à la chancellerie. «Nous nous sommes mis d’accord sur un plan global pour l’avenir», a déclaré Merkel. «Je peux dire que tous les participants ont travaillé de manière vraiment constructive ensemble. Nous convenons tous que nous devons respecter l’embargo sur les armes et que l’embargo sur les armes doit être contrôlé plus fortement qu’il ne l’a été par le passé», a indiqué Merkel.

Les leaders des parties belligérantes libyennes et ceux des puissances étrangères  se sont convenus sur les moyens de mettre fin au conflit de longue date dans ce pays nord-africain riche en pétrole. Le chef du gouvernement internationalement reconnu de Tripoli, Fayez al-Sarraj, et son rival, le commandant militaire Khalifa Haftar, ont assisté à cette réunion soutenue par l’ONU dans la capitale allemande, la première rencontre du genre depuis 2018, rapporte Libyan Express.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.