A la UneCulture

Bénin – Wémèxwé 2020 : La coordination gagne à nouveau le pari de la 11ème édition

Les rideaux de la 11ème édition de la fête identitaire des fils et filles de la vallée de l’Ouémé se referment ce dimanche 26 janvier 2020 dans la commune de Bonou. À nouveau, la réussite a été au rendez-vous.

Les wémènous, populations de la grande vallée de l’ouémé, peuvent encore se frotter les mains pour cette réussite de leur fête identitaire. Comme pour les éditions précédentes, Antoine Bonou, coordinateur général de Wémèxwé, a encore réussi ce pari festif. Chants, danses, célébrations eucharistique et le grand moment de réjouissance populaire. Telles sont les activités qui ont clôturé, comme c’est d’ailleurs le cas depuis la 1ère édition en 2010, les manifestations entrant dans le cadre de cette 11ème célébration de cette fête identitaire.

À lire aussi : Bénin – 11ème édition de Wémèxwé: le préfet Joachim Apithy préoccupé par son bon déroulement

Dans son message ce dimanche devant une foule immense et compacte, Antoine Bonou, coordinateur général de l’Union générale pour le développement de la Vallée de l’Ouémé, a salué l’engagement des fils et filles de cette vallée pour la sauvegarde et la réussite de cette initiative populaire. « Je voudrais nous inviter à plus d’engagement, à plus d’amour et à plus de tolérance pour qu’une union sacrée soit toujours constatée au sein des wémènous pour le développement de cette 2ème vallée la plus riche au monde. Nous devons aussi œuvrer à pérenniser cette initiative en guise de l’héritage que nous serons fiers de léguer aux générations futures », a-t-il souhaité.

La présence des quatre maires de la région et des différentes autorités politico – administratives du pays témoigne, soutient la coordination, de la volonté de tous les acteurs à œuvrer pour un développement durable et bénéfique à la population. Et pour le maire de la commune de Bonou, commune qui abrite les festivités de cette édition, c’est le moment plus que jamais d’unir les forces pour une fraternité au sein des enfants de la vallée de l’Ouémé. « Wémèxwé est désormais un label et dorénavant, nous n’avons plus droit à l’erreur », a signifié Julien Affohounha, maire de la commune de Bonou.

Une fête, des actes de développement

L’édition 2020 de Wémèxwé a été officiellement lancée le 22 janvier dernier. Avant l’apothéose de ce dimanche, la coordination a procédé à la remise officielle d’un module de trois classes équipées plus bureaux construit au Collège d’enseignement général d’Atchonsa et un forage réalisé au CEG2 de Bonou. Des actes de développement qui viennent soulager les peines des acteurs de l’éducation et qui résolvent, suivant les propos du directeur départemental de l’enseignement secondaire, l’éternelle préoccupation de manque de salles de classes.

À lire aussi: Bénin – Wémèxwé 2020: Bonou abrite les festivités du 22 au 26 janvier

« Nous attachons un grand prix à la question de l’éducation et la coordination de Wémèxwé entend œuvrer pour permettre aux apprenants de wémè de disposer d’un meilleur cadre d’étude. C’est ce qui fait d’ailleurs que nos œuvres de développement sont toujours liées aux infrastructures socio-éducatives », a clarifié Antoine Bonou, coordinateur général de Wémèxwé. Que cela soit au CEG d’Atchnonsa ou au CEG 2 de Bonou, les bénéficiaires ont témoigné toute leur reconnaissance à la coordination pour ces œuvres qui soulagent, à plus d’un titres, leurs peines quotidiennes.

Don de la coordination de Wémèxwé d’un module de 3 classes équipées avec bureaux au CEG Atchonsa, dans la commune de Bonou. Crédit Photo : Josaphat / BWT

Signalons que les 5 jours de manifestation ont été, entre autre, ponctués par le carnaval qui s’est déroulé de Goukon, commune des Aguégués, au CEG 2 de Bonou, lieu des festivités de la 11ème édition. Aussi, avait-il eu le lancement de la foire commerciale par le directeur du cabinet du ministère du commerce et de l’industrie, la finale des différents jeux initiés, la journée de développement de la vallée de l’Ouémé et les cultes des différentes congrégations religieuses (Christianisme céleste, religion endogène, religion évangélique, les Chérubins Séraphins et la religion catholique).

Désormais, le flambeau de la fête reçu cette année par le maire de Bonou restera allumé jusqu’à l’année prochaine où il le transmettra à son homologue de Dangbo pour la 12ème édition de ces festivités annuelles des Wémènous.

L'actualité en vidéo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer

Adblock détecté

Pour continuer à bénéficier gratuitement des services de ce site, vous devez d'abord supprimer votre bloqueur de publicité