Bénin: Restaurer l’Espoir toujours à la quête de son récépissé?

Exclu des élections législatives du 28 avril 2019 pour défaut de statut juridique, le parti Restaurer l’Espoir (RE) ne compte pas rester les bras croisés et manquer les prochaines échéances électorales. Après l’obtention dudit statut juridique par d’autres partis, eux aussi exclus des législatives de 2019, le parti de Candide Azannaï semble avoir pris les taureaux par les cornes.

A lire aussi:

Aux dernières nouvelles, le parti aurait repris les démarches au Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique pour l’obtention de son récépissé d’enregistrement qui justifie son existence juridique. Selon les informations rapportées par Frissons Radio, cette formation politique a réintroduit son dossier auprès du Ministère pour une nouvelle étude.

Si le parti se soumet rigoureusement aux exigences de la nouvelle charte des partis politiques en vigueur au Bénin, il pourrait entrer en possession de son récépissé au même titre que le parti Forces Cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) qui a reçu le tient depuis septembre 2019. Contactées pour donner des détails sur cette nouvelle démarche enclenchée, des sources proches du parti RE ont préféré garder le silence, en informant que les responsables habiletés sont à pied d’oeuvre pour éclairer l’opinion sur la situation.

Le PCB et l’USL toujours dans le bras de fer

Au lendemain des élections législatives de 2019, les partis de l’opposition réunis au sein du mouvement « Résistance », ont affiché une farouche opposition aux nouvelles exigences imposées par le Ministère de l’Intérieur et de la Sécurité Publique pour la délivrance des récépissés d’enregistrement. Les FCBE étaient les premiers à sortir de ce bras de fer en cédant aux exigences du Ministère.

Si les dernières informations rapportées sur le parti RE se confirment, le Parti Communiste du Bénin (PCB) et l’Union Sociale Libérale (USL) seront les seuls à rester camper sur leur position. Du côté de l’USL, les responsables sont catégoriques et refusent de se soumettre aux exigences du Ministère dont la plus importante est l’exclusion de Sébastien Ajavon des instances dirigeantes, à cause de sa condamnation par la Cour de répression des infractions économiques et du terrorisme (Criet).

A suivre en février, 2020

2 commentaires
  1. Gerard dit

    Il a enfin compris? Il y va de son intérêt s’il veut continuer à exister politiquement. Que de temps et d’énergies gaspillés à jouer au caïd!!!!

  2. george dit

    Après avoir cru qu’il pouvait gruger le peuple en faisant la politique politicienne, ils sont revenu à la réalité.
    les choses ont changé , les lois régissant les partis ont changé comme le VAR en football.
    si tu veux participer , il faut se conformer. terminer la récréation et surtout arrêter de faire la politique d’avant à vouloir tout peindre en noir venant de la bouche de ceux qui était au pouvoir et n’ont rien fait de concret .
    soyez une opposition constructive avec des propositions et une réelle alternatives car il en faut pour que le bénin en sort toujours gagnant

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

Privacy & Cookies Policy
X