Port Autonome de Cotonou @Bollore Port

Bénin : Pourquoi la baisse de trafic maritime au Port de Cotonou ?

En dépit de la gestion déléguée du Port de Cotonou, le poumon de l’économie béninoise reste malheureusement et contre toute attente le moins attractif des ports du Golfe de Guinée. Comparé à ses concurrents immédiats, le PAC connait une baisse de trafic relative même si le président de la République parle d’une progression de 15% du trafic depuis 2017.

Sur la plateforme ‘’marine traffic’’, fondée en 2007 permettant principalement de suivre en direct le trafic maritime à travers le monde, l’on se rend à l’évidence que le Port de Cotonou est loin derrière ceux de Lomé (Togo), d’Abidjan (Côte d’Ivoire), Téma (Ghana) et Lagos(Nigéria). On note en moyenne trois fois plus de navires au port de Lomé par exemple qu’au port de Cotonou.  A titre illustratif, le 02 janvier dernier à 15h50 mn, 22 navires étaient au port de Lomé et 32 autres étaient attendus.

A la même heure, le Port de Cotonou attendait 14 navires et 7 ont marqué leur présence dans l’enceinte portuaire. Le 03 janvier à 19h14, le port de Cotonou avait 05 navires et 15 arrivées attendues, contrairement à Lomé qui accueillait 20 navires. Dans son planning, il est attendu avant la fin de la seule journée du 03 janvier dernier 30 autres navires. Superflu serait de comparer le Port béninois à celui ivoirien qui à la date du 3 janvier à la même heure avait 64 navires dans son enceinte et attendait 32 autres. A cette même date, 92 navires accostaient au Port de Lagos et 42 autres étaient annoncés.

Si à l’évidence de ces statistiques, on peut être tenté de conclure  aisément qu’il y a moins d’activités, de trafics ou d’affluence au Port de Cotonou et qu’il est pratiquement laissé en rade dans le concert des pays du Golfe de Guinée, Patrice Talon, présentant l’état de la Nation face à la représentation nationale, le 27 décembre dernier a justifié ce délaissement des opérateurs économiques au profit d’autres ports de la sous-région. (…) ‘’Le non encombrement de notre rade et l’enceinte portuaire ne sont plus synonymes de baisse d’activités portuaires, mais traduisent plutôt la performance des prestations portuaires et la fluidité des activités’’.

Le président de la République estime que la mise en œuvre de la gestion déléguée a permis, moins de deux ans après, de moderniser ses pratiques et équipements, d’augmenter ses capacités et de le rendre plus compétitif. Le trafic global, selon le chef de l’Etat, cumulé import et export s’établira à près de 11 millions de tonnes en 2019 contre 9,4 millions en 2017, soit une progression de 15% du trafic.

L’impact de la fermeture des frontières nigérianes

Selon certaines enquêtes, rapportées par ‘’Tribuneonlineng’’ la fermeture des frontières nigérianes reste à ce jour une mauvaise nouvelle en matière d’affaires pour de nombreuses cargaisons déchargées à Cotonou, car beaucoup d’entre elles y sont toujours bloquées et que 90% des cargaisons déchargées en République du Bénin sont destinées au marché nigérian. La fermeture des frontières signifiait ainsi que bon nombre desdites cargaisons ne seraient pas dédouanées parce que les frontières sont restées fermées depuis août 2019.

S’adressant au Nigerian Tribune, un importateur, Emeka Azubike a reconnu que de nombreux propriétaires de cargaisons s’étaient rapprochés des douanes d’Apapa et de Tin-Can pour rechercher des moyens pour ré-acheminer leurs cargaisons vers Lagos, car elles n’étaient toujours pas dédouanées à Cotonou. Dans cette même optique, un autre a lancé aux opérateurs économiques: « Si vous allez à Cotonou maintenant, de nombreux propriétaires de cargaison cherchent désespérément des moyens pour acheminer leurs cargaisons vers Lagos, la fermeture des frontières terrestres empêchant toute activité commerciale entre le Nigeria et la République du Bénin. Il n’est donc plus utile d’acheminer vos cargaisons vers le port de Cotonou parce que vous savez que vous ne pourrez pas les dédouaner à la frontière pour les faire entrer au Nigéria. L’expérience est terrible pour bon nombre de ceux qui avaient déjà fait parvenir leurs marchandises à Cotonou avant la fermeture des frontières ».

« Les cargaisons, qui ont pu elles être dédouanées, sont toujours bloquées en République du Bénin sans surveillance parce que le Nigeria ne participe actuellement pas au commerce transfrontalier (terrestre) avec les pays de la sous-région. C’est pourquoi de nombreux propriétaires de cargaison cherchent désespérément à détourner ces cargaisons vers Lagos, car leur connaissement désigne Cotonou comme port de destination. »

6 commentaires
  1. George dit

    Bénin web tv et La Nouvelle Tribune sont 2 journaux médiocres siamois qui passent leur temps à vouloir salir le Bénin pour quel résultat. Changer de métier les journaleux

    1. Setonde dit

      Un inconscient comme vous il ne se trouve qu’au Bénin et nul par ailleurs. Les chiffres ne mentent pas. La politique elle Oui peut le faire. Les klébés vous êtes là à cause de vos ventres. Tous nous le savons Aussi. Mais les vrais patriotes ce sont les quelques rares qui continuent de suivre le principe de l’équilibre de l’information. Tout cela passera très bientôt. La rupture et ses vallets locaux.

  2. cosme dit

    le port de Cotonou n’est plus remplit comme avant. il y a une baisse des activités portuaires

  3. Thomas dit

    MERCI POUR CETTE TRES BELLE ANALYSE QUI PERMET A CHACUN DE SE FAIRE UNE IDEE DE NOTRE DESERT DE COMPETENCE CORRIGEE AVEC UNE RECOLONISATION A MARCHE FORCEE. N’EN DEPLAISE A CEUX QUI VEULENT FAIRE LE POLITIQUE DE L’AUTRUCHE. QUEL PAYS !!!!!

  4. Charles dit

    Tout le monde a le droit d’avoir son angle d’analyse des performances du PAC.
    Mais, diantre pourquoi on n’a pas cherché à comparer les performances du PAC avant et après délégation aux belges ?

    Il ne suffit pas de dire que la base de données existe depuis 2007, il faut aller prendre les i formations de cette même base avant 2016 et la comparer sur les 3 dernières années.

    Enfin, je me demande pourquoi on se plaît à comparer des rades et postes d’escale de gabarits differents.
    Est ce que si le Bénin avait 3 postes d’escales de navire et sa rade recevait au moins 15 bateaux en moyenne, on allait le comparait avec un autre port qui aurait 15 postes d’escale avec 5 navires en moyenne en rade pour dire qu’il est plus performant 🤔?

  5. EFELDÉ dit

    Ces observateurs n’ont peut-être pas tort. Et pour moi, ce serait la preuve que l’assainissement de la gestion du Port autonome de Cotonou est efficace.
    En effet, quand vous introduisez de l’insecticide dans un espace bourré de moustiques et autres cafards, leur nombre effectivement chute. C’est la fuite des véreux. Rien de plus.
    Le Bénin AVANCE !

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus