logo Fcdb

Bénin: la Fcdb de Soumanou Toléba désormais dans la mouvance présidentielle?

Le parti Force cauris pour le développement du Bénin (Fcdb) de Soumanou Toléba n’est plus de l’opposition, au regard de la loi portant statut de l’opposition. Il se range d’office dans la mouvance présidentielle.

Longtemps taxé d’être un parti proche de la mouvance présidentielle, la formation politique issue des entrailles de l’ancien ministre de la culture de Boni Yayi semble confirmer les rumeurs. En effet, le troisième tiret de l’article 6 de la loi portant statut de l’opposition stipule clairement qu’aucun membre de l’opposition ne doit accepter une nomination venant du gouvernement. Ce qui voudra dire qu’aucun parti de l’opposition ne doit cautionner la nomination d’un de ses membres par l’Exécutif. Autrement, il perd son statut de parti de l’opposition et devient de facto un parti de la mouvance.

Contrairement à cette disposition réglementaire, Fred Houénou, a accepté d’être nommé conseiller technique aux actions stratégiques au ministère de la communication et de poste. C’est dire que le parti a changé de position et devient d’emblée un parti de la mouvance ou un allié du pouvoir en place. Etant donné que nul n’est censé ignorer la loi, le gouvernement qui a nommé le membre fondateur d’un parti de l’opposition et les ténors du parti sont visiblement conscients de l’acte posé. Le bureau exécutif du parti n’a pas encore sorti un communiqué pour exclure Fred Houénou de la formation politique. C’est un aveu d’appartenance de Toléba et son parti à la mouvance.

Cette nomination, en cette veille des élections Communales, clarifie davantage le paysage politique. Les électeurs ont une idée claire des partis qui sont véritablement de la mouvance et ceux qui sont dans l’opposition. Point d’opposant constructif ou d’opposant radical.

Article 6 : Tout parti politique désireux d’appartenir à l’opposition doit :
– être un parti politique régulièrement enregistré ;
– faire une déclaration officielle et publique de son appartenance à l’opposition et la faire enregistrer au ministère en charge de l’intérieur. Ce dernier transmet, dans un délai ne pouvant excéder deux mois l’enregistrement au Journal officiel en vue de sa publication ; la publication au Journal officiel peut aussi se faire à la diligence du parti politique concerné ;
– ne pas accepter une nomination à un poste politique de la part du Gouvernement.
Tout parti politique de l’opposition est en droit de développer pour l’essentiel des positions et des opinions différentes de celles du Gouvernement.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus