Bénin – communales 2020: Patrice Talon allège les conditions de participation

Le chef de l’Etat a donné des instructions au directeur général des impôts en ce qui concerne la délivrance du quitus fiscal aux candidats des élections communales et municipales de 2020. C’est le ministre de la communication et de la poste qui a donné l’information ce 22 janvier à la suite du point du conseil des ministres.

Alain Orounla, ministre de la communication et de la poste, au détour du compte rendu du conseil des ministres, a porté à l’attention des journalistes que le chef de l’Etat, Patrice Talon, a pris une mesure exceptionnelle à l’effet d’éviter de nouvelles crises au lendemain des élections communales de mai 2020. Lesquelles mesures concernent le quitus fiscal, notamment.

En effet, selon les explications du ministre, tout demandeur du précieux sésame l’obtient séance tenante ou à défaut dans les heures qui suivent la demande même s’il n’est pas à jour vis-à-vis de l’administration des impôts. Toutefois, les services compétents des impôts prendront des dispositions coercitives pour recouvrer les fonds plus tard. Cette mesure vise à permettre à toutes les formations politiques de présenter leurs listes de candidature.

Patrice Talon anticipe sur d’éventuelle crise électorale

L’une des pommes de discorde, lors des législatives d’avril 2019, reste la délivrance du quitus fiscal. L’opposition a accusé le directeur général des impôts d’être sélectif dans la délivrance du document, pièce maîtresse des dossiers de candidature. Patrice Talon, ne voulant plus perdre son temps à gérer des crises électorales, a contourné la difficulté. Toutefois, le ministre Orounla a rappelé que cette mesure ne remet nullement en cause la réforme relative au paiement des impôts. Le gouvernement veut juste que les Communales soient inclusives.

8 commentaires
  1. Adelle dit

    Il dit les choses mais il ne respecte pas, vous allez voir maintenant, personne de opposition ne prendra se quitus, seulement ses clob de klebés., moi je ne suis pas opposant, je ne surporte personne, mais il faut appeler les choses par leur noms.

    1. Bankolé Toussaint A.O.S. dit

      Bonjour ! Comment désignez vous ces choses?

  2. Blaise C AGBALLA dit

    Cette information jette clairement le doute sur la délivrance effective du précieux sésame (quitus fiscal) aux opposants politiques candidats aux prochaines élections locales, communales et municipales, car, AGBONNON NATIONAL a toujours fait le contraire de ce qu’il dit. Donc, chers amis opposants, vous êtes avertis, alors, vigilance !

  3. Agbaza dit

    Il vient de vous prévenir qu’il ne fait jamais ce que ça bouche dit. A bon entendeur… Démi mot. Wait and see.

  4. Jojo1985 dit

    Cette mesure, si elle est vraiment prise au conseil des ministres, montre clairement que le gouvernement avoue être à l’origine des troubles passées. Pourquoi n’a t-il pas pris ce genre de décision concernant les législatives afin de prévenir tout ce qui c’était passé. Attendez voir nos amis de la cena. FAUTES MAJEURES, FAUTES MINEURES…

  5. bernadette dit

    mdr

  6. Alaba dit

    Si c’est Oroula qui porte la parole du gouvernement .il faut que l’opposition prenne l’info avec pincette car il est trop variant

  7. Godo Ketodji Jonas dit

    C’est un président menteur ne l’écoute plus ! Ce qu’il veut ; il n’a qu’à faire. Je sais que l’opposition n’ira pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus