Géraldo Gomez - SGA du parti USL Photo: BAM

Bénin: ce que pense Géraldo Gomez des départs de l’USL

A quelques semaines des élections municipales, communales et locales, le parti Union sociale libérale enregistre une vague de démissions en son sein.  Un raz-de-marée  de la vague bleue que le Secrétaire Général Adjoint chargé des questions stratégiques du parti, Gomez Geraldo prend avec beaucoup de philosophie. C’est sans doute selon lui, l’expression de l’échec de la réforme du système partisan dont les vertus ont été abondamment vantées par les initiateurs.

Reçu dans l’émission “100% Bénin de Sikka-tv”, le Secrétaire Général Adjoint chargé des questions stratégiques, Gomez Geraldo s’est prononcé sur le vent de démissions qui souffle sur le parti Union sociale libérale. Selon lui, il y a beaucoup plus de bruit que de réalité dans ce qui est agité sur les réseaux sociaux. Ceci étant dit, le jeune acteur politique ne nie pas qu’il ait défection de certains acteurs politiques et pas des moindres. Mais indique-t-il, il n’est pas dans les pratiques de leur formation politique “d’étaler sur la place publique des difficultés ou des problèmes personnels”; indique-t-il. Des démissions de personnalités d’un parti politique font partie de la vie d’une formation politique, fait t-il savoir. “Comme nous nous sommes mis d’accords avec toutes ces personnalités qui ont un passé politique important. Plusieurs décennies à leur actif, donc ils n’ont rien à prouver sur le chemin politique. Nous nous sommes mis d’accord pour faire un bout de chemin ensemble. Il ne fait pas qu’au cours de ce chemin qu’ils ont estimé le terme en ce moment ci, on ne va pas venir taper dans le dos, ni regretter ni espérer quoi que ce soit. Pour moi c’est cela la vie d’un parti politique surtout qu’il s’agit de personnalités expérimentées.” affirme-t-il.

Mais au-delà du fait que tout parti politique peut enregistrer en son sein des démissions, ce qui se passe actuellement, indique t-il, est l’expression même de l’échec de la réforme du système partisan qui a été au cœur de toutes crises politiques et sociales que le pays a traversée. “Je pense de façon prospective qu’il faut se poser quelques questions sur ce que nous vivons à travers les réformes dites du système partisan…Il faut simplement constater que la réforme n’a pas connu les effets des vertus qu’on lui prêtaient” indique-t-il avant de conclure qu’il y a probablement des réglages à faire au sein du parti mais reste convaincu qu’aucun texte ne peut empêcher un homme de faire ses choix personnels.

3 commentaires
  1. Dine le Président dit

    Heureusement pour toi oui. USL existe il encore ou c’est juste dans l’esprit des gens…… Peut être de la nostalgie.

    Évidemment, on peut prétendre croire à un échec du système partisan mais il faut savoir que le procédé est nouveau et donc il faudra du temps pour que tout le monde s’en approprié selon les règles de l’art des textes. Néanmoins, tant que nous aurons des hommes qui ne veulent que s’enrichir par le biais de la politique, les jours heureux de ce système sont lointains.

    1. TOUTOUOLA dit

      J’ajouterai à cette analyse que le travail fondamental colossal qu’il y a à faire est clairement le changement de mentalité. cela doit passer impérativement par l’éducation et la sensibilisation, de la marteau thérapie de la jeunesse dès le primaire et dès maintenant.

    2. TOUTOUOLA dit

      L’éducation civique doit devenir une leitmotive dans tous les lieux de rencontres. Entreprises, services publics, écoles, universités, théatres, cinemas, rien ne doit plus laisser place à l’intoxication et au manque de patriotisme. Demain sera ce que nous faisons aujourd’hui pour lui.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.