Palmoer à huile Crédit Photo: Seppi

Bénin : Mathias Comlan Todo élu nouveau président de la CAR Hinvi

La Coopérative d’aménagement rurale de Hinvi a tenu en fin de semaine dernière son assemblée générale élective. A l’issue des travaux, un nouveau président fut élu pour conduire la destinée de la coopérative en ces temps de réformes suscitées par le gouvernement dans le secteur. C’est Mathias Comlan Todo qui a bénéficié de la confiance de ses pairs. 

Un nouveau président est élu pour conduire la coopérative d’aménagement rurale de Hinvi. Il a pour nom Mathias Comlan Todo. C’est au cours de l’assemblée générale élective, organisée ce vendredi 17 Janvier 2020 par les membres de la coopérative que ses camarades lui ont fait confiance. Le président élu de la Coopérative  a promis juste après son élection de relever le défi de la gestion efficace et efficiente de la coopérative conformément aux réformes suscitées dans le secteur par le gouvernement. “Je suis un homme de rigueur. Je dois réorganiser la maison parce que les CAR sont là seulement et ne disposent pas des documents dignes de nom ni d’archives sur le plan de comptabilité” annonce-t-il, selon des propos recueillis par l’Agence Bénin Presse.

En effet, le nouveau président de la coopérative d’aménagement rural de Hinvi entend faire les choses autrement et relever les défis qui se posent à la coopérative. Juste après son élection, Mathias Comlan Todo entend après sa prise de service prendre connaissance des lieux afin d’évaluer l’ampleur de la responsabilité qui est la sienne. A la suite de cet état des lieux, le nouveau président entend entamer une tournée de prise de contact avec les autorités politico-administratives afin de régler les problèmes de documents administratifs que traverse la coopérative. A ceux qui l’ont élu, Mathias Comlan Todo promet de tout mettre en œuvre pour relever le défi de la gestion efficace du patrimoine commun.

Une coopérative qui n’a pas eu une histoire facile

Pour rappel, depuis 2004, une véritable crise institutionnelle s’est installée au sein des Coopératives d’aménagement rural (Car), empêchant le renouvellement des instances dirigeantes. Elles ont été transformées en des foyers de tension entraînant des violences, lesquelles ont occasionné la mort de plusieurs coopérateurs. La cause principale de cette crise est le manque de transparence dans la gestion. Cette crise a compromis l’atteinte des objectifs de ces coopératives censées être de véritables unités de production agricole et industrielle. Ainsi, pour mettre fin à cette longue crise et relancer les activités des 36 coopératives, le gouvernement avait mis en place une Commission interministérielle d’appui au processus de reprise de leurs activités. Les travaux de la commission ont permis d’aboutir à un plan de sortie de crise. Ce plan consiste, notamment à constituer des comités paritaires chargés de conduire le processus d’actualisation des registres de coopérateurs et d’encadrement de gestion courante dans les Car, en tenant compte des antagonismes en présence afin de parvenir à la tenue des Assemblées générales électives.

1 commentaire
  1. Bignon dit

    super

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.