Bénin: bonne nouvelle pour les associations estudiantines

La Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, Eléonore Yayi Ladékan, annonce plusieurs actions dans ce sous-secteur de l’éducation pour le compte de l’année 2020. Au nombre de ces actions, le soutien du Gouvernement aux différentes activités des étudiants pourrait être de retour après les nombreuses réformes.

Depuis 2016, des réformes ont été engagées pour la relecture des textes qui organisent le soutien du Gouvernement aux différentes activités des étudiants. Cette mesure a conduit à la suspension des aides octroyées aux associations estudiantines qui mènent diverses activités para-académiques. Mais aux dires de la ministre, ces institutions pourraient pousser un ouf de soulagement cette année. « Pour ce qui concerne les étudiants, nous avons bouclé les textes qui organisent le soutien que nous leur apportons dans leurs différentes activités. Cette année, ils doivent pouvoir faire des consultations à l’interne avec un bon arbitrage pour savoir qu’est-ce qui peut être financé dans leurs différentes activités parce qu’il faut qu’on les accompagne », a déclaré la ministre à Educ’Action.

Pour la ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, il est important que les étudiants soient accompagnés dans ces différentes activités. « Ce sont les jeunes qui vont animer la vie politique, la vie publique, la vie économique demain et c’est tout à fait normal que lorsqu’ils s’essaient, nous puissions les accompagner sur les bons comportements de citoyens modèles de demain », a-t-elle précisé.

Quelles sont les activités menées par les étudiants en dehors des amphithéâtres?

Dans les universités publiques, beaucoup d’étudiants exploitent autrement les heures libres. Sous la Direction des associations estudiantines, les étudiants s’engagent dans des activités qui au-delà de la formation académique leur permettent de tenir dans la vie active. Leadership, développement personnel, la presse, les arts, la couture, la coiffure, la cuisine et le sport sont les principaux domaines dans lesquels les étudiants se font former.

Pour le bon déroulement de ces activités, les associations estudiantines ont nécessairement besoin de moyens financiers. D’où les subventions du Gouvernement qui transitaient par le Centre des œuvres universitaires et sociales de l’Université (Cous). Depuis la suspension desdites subventions, les associations estudiantines ont du mal à survivre, beaucoup d’entre elles ont d’ailleurs déjà abandonné.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus