Bénin: après la réconciliation, Yayi Boni bientôt aux commandes du parti FCBE ?

De retour à Cotonou après plusieurs mois passés hors du territoire national, l’ancien président de la République, Thomas Boni Yayi a entamé le dialogue avec les deux antagonistes de sa formation politique. Dans la nuit du jeudi 09 au vendredi 10 janvier 2020, les discussions dans le cadre de la réconciliation au sein du parti ont pris fin et avec la fin de la crise. Mais désormais qui de Yayi et de Hounkpè conduira la destinée du parti pour affronter les échéances électorales qui s’annoncent?.

A lire aussi:

Les discussions entamées en vue de la réunification des responsables du parti des forces cauris pour un Bénin émergent divisés autour du récépissé de déclaration du parti ont pris fin dans la nuit du Jeudi 9 au vendredi 10 Janvier 2020; mais elles se poursuivent pour parvenir à un accord dans la gouvernance du parti en vue des échéances à venir. Qu’il vous souvienne que dans le communiqué ayant sanctionné les discussions , les deux camps rivaux ont fini par accorder leurs violons autour du récépissé d’enregistrement ce qui de facto donne légitimité au bureau officiellement enregistré au niveau du ministère de l’intérieur. Mais les choses ne resteront pas là. Selon des sources concordantes, des concertations sont toujours en cours au domicile du leader charismatique de cette formation politique pour régler notamment des détails au niveau de la nouvelle configuration du parti.

On se rappelle que pour obtenir au ministère de l’intérieur le récépissé d’enregistrement du parti, le camp Hounkpè a dû exclure du bureau politique du parti, certaines personnalités élues lors du congrès du parti à Parakou. Ainsi,  Théophile Yarou, Paul Hounkpè et Amadou Issifou  sont devenus les hommes forts du parti au détriment de Valentin Djènontin, Komi Koutche et Simplice Codjo, tous en exil depuis plusieurs mois. Selon des indiscrétions, des modifications pourraient encore intervenir au niveau du bureau national du parti pour que le camp ayant obtenu le récépissé d’enregistrement ne soit pas le seul dans les grandes instances de décision du parti. Des concertations seraient actuellement en cours pour arriver à des accords dans ce sens.

Vers un nouveau congrès du parti FCBE ? 

Après le congrès ordinaire du Samedi 10 Février au Dimanche 11 février 2018 à Parakou, le parti Forces cauris pour un Bénin Émergent (FCBE) pourrait bientôt se retrouver en congrès. Si ce sujet ne figure pas parmi les points issus des discussions de réconciliation, il serait quand même en débat au niveau des responsables du parti. L’objectif est de parvenir à un rééquilibrage du bureau national du parti après l’obtention du récépissé d’enregistrement. Si l’ancien chef d’Etat et leader charismatique des FCBE travaille pour l’unité au sein de sa formation politique, il n’est pas exclu qu’il allie management et prudence pour l’avenir du parti qui a frôlé le même sort que des formations politiques comme le parti de la Renaissance du Bénin  et du parti Social démocrate de Emmanuel Golou.

Le premier acte posé par le leader charismatique du parti des forces cauris pour un Bénin émergent est de retirer des mains de l’actuel secrétaire exécutif national, Paul Hounkpè, le récépissé d’enregistrement. Le second acte est de régler la crise de manière à éviter tout ressentiment au sein des différents camps. C’est d’ailleurs dans cette perspective que le rééquilibrage du bureau devient une nécessité. Un rééquilibrage qui ne saurait se faire en dehors d’un congrès extraordinaire du parti. Il se sussure qu’à l’issue de cet éventuel congrès, le président d’honneur du parti pourrait être élu en tant que prochain secrétaire exécutif national en remplacement de Paul Hounkpè qui officiellement ou du moins selon le récépissé d’enregistrement occupe cette fonction.

Le sort de Djènontin et consorts définitivement scellé par Hounkpè: 

Peu importe des décisions qui seront prises en vue de l’aménagement du bureau exécutif national des FCBE, les anciens responsables que sont Valentin Djènontin, Komi Koutché et Simplice Dossou ne peuvent plus figurer dans le bureau exécutif comme l’avait agité le camp Hounkpè. L’un des blocages à la délivrance par le ministère de l’intérieur du certificat d’enregistrement du parti est la présence de ces personnalités au sein du bureau. En effet, l’une des exigences du ministère de l’intérieur pour délivrer le papier administratif  est l’exclusion de ces personnalités actuellement en exil et sous le coup de procédure judiciaire.

La réinstallation  à leur poste comme si de rien n’était à l’issue d’un éventuel congrès du parti serait un précédent qui pourrait faire échos négativement dans les locaux du ministère de l’intérieur. En acceptant tel qu’ils l’ont fait de se conformer aux exigences du ministère de l’intérieur, le camp Paul Hounkpè ont ainsi scellé jusqu’à nouvel ordre, le sort des personnalités que sont l’honorable Valentin Djènontin, le ministre Komi Koutché et le ministre Simplice Dossou. Aussi, pour éviter des frustrations  et des situations similaires de crises, la tendance résiderait-elle dans l’élection du président Boni yayi au poste de secrétaire exécutif national du parti.

A suivre en février, 2020

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

Privacy & Cookies Policy
X