Côte d’Ivoire: Alassane Ouattara se prononce sur l’affaire Guillaume Soro

L’intelligent d’Abidjan a fait cas des propos du président ivoirien Alassane Ouattara. Le chef d’Etat se serait entretenu avec Obiang Mbasogo au sujet de l’affaire Guillaume Soro. Le droit sera dit, a-t-il juré à la fin de leur tête-à-tête.

Alassane Dramane Ouattara n’a pas mâché ses mots sur le sujet. « J’aurais pu dire que le dossier est entre les mains de la justice et ne pas m’appesantir dessus, mais je peux vous dire que nul ne sera autorisé à déstabiliser la Côte d’Ivoire, à perturber la quiétude des Ivoiriens. Le droit sera appliqué à tous, candidats ou pas. »  Pour être plus complet sur cette actualité, le chef de l’Etat fait remarquer que « les candidatures ne sont pas encore ouvertes par la Commission électorale indépendante et même si c’était le cas, nul n’est au-dessus de la loi, aussi bien les anciens Présidents, les présidents d’Institutions, le Président de la République que tous les autres. »

Concernant les députés interpellés dans le dossier, Alassane Ouattara n’y trouve aucun inconvénient. La Côte d’Ivoire étant, selon lui, un pays de droit, tous ses citoyens sont égaux devants la loi. « Nous sommes des citoyens et nous sommes responsables devant les juridictions. J’ajoute que la Constitution de la Côte d’Ivoire a des éléments très clairs concernant les députés. Les députés ne sont pas au-dessus de la loi. Ils ne peuvent pas être poursuivis dans le cadre de l’exercice de leur fonction. Mais quand ils sont mêlés à la déstabilisation de ce pays, ils doivent faire face à la rigueur de la loi. La loi sera appliquée intégralement à tous les citoyens, quel que soit le lieu où ils résident en dehors de la Côte d’Ivoire », a-t-il juré.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus