gaetane

Fermeture des frontières: Obasanjo soutient la fermeture, le Nigéria pose une seule condition

Les responsables du Nigéria, du Bénin et du Niger se sont encore rencontrés pour tenter de résoudre le problème des frontières terrestres nigérianes restées toujours fermées. La partie nigériane a posé les conditions pour résoudre le différend tout en indiquant que les discussions avancent.

Malgré les efforts diplomatiques déployés pour résoudre les différends avec le Bénin et le Niger sur la fermeture de la frontière, quelques points d’ombre persistent et empêchent un compromis. Cependant, le Nigéria a indiqué qu’il ne demande qu’une seule chose à ses voisins, c’est le respect des différents protocoles de transit de la CEDEAO.

«Ce que nous avons fait et cela a un effet maximum, est de demander à nos voisins de respecter le protocole sur le transit; s’ils le font, les frontières seront ouvertes. Mais vous ne pouvez pas continuer à jouer le grand frère aux dépens de la sécurité nationale; aux dépens de notre économie nationale », a déclaré le ministre nigérian de l’Information et de la Culture, Alhaji Lai Mohammed.

Une démonstration

«Tout ce que nous disons, c’est ‘s’il vous plaît, respectons le protocole sur le transit’, s’il vous plaît. La CEDEAO a mis en place un protocole sur le transit des marchandises, qui est très simple. Si un conteneur destiné au Nigéria est déposé à Cotonou, les autorités de la République de Bénin doivent l’escorter jusqu’à la douane située à la frontière de Sèmè. De cette manière, les droits de douane appropriés seront perçus et payés », a expliqué Lai Mohammed.

Il ajoute avec regret : «mais au fil des ans, nos voisins transbordent le conteneur, placent environ cinq conteneurs dans un camion et le conduisent à la frontière comme s’il ne s’agissait que d’un conteneur sur lequel ils paieraient des droits. Pire encore, moins de 50% de ce qui est destiné au Nigéria passera par la frontière approuvée ».

Fermeture temporaire, discussions avancées

De son côté, la ministre nigériane des finances, Zainab Ahmed, a indiqué que la fermeture de la frontière sera résolue avec les voisins du Nigéria, compte tenu des efforts diplomatiques déployés pour régler tous les problèmes en suspens, a rapporté le site thisdaylive.com.

«Je dois rappeler que la fermeture de la frontière est temporaire. Nous avons vraiment avancé dans nos discussions entre nous et nos voisins. Nous nous attendons à ce que ces discussions et ces accords aboutissent à ce que chaque partie respecte les protocoles auxquels nous nous sommes engagés et que les frontières soient à nouveau ouvertes », a-t-elle souligné.

Obasanjo soutient la fermeture

Intervenant aussi sur ce sujet, l’ancien président nigérian, Olusegun Obasanjo, insiste pour le maintien de la fermeture des frontières terrestres car, selon lui, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) n’a pas été créée pour permettre à un pays de se transformer en dépotoir. Il a aussi indexé précisément le Bénin, lui demandant de changer de voie pour instaurer une relation bilatérale harmonieuse entre les deux pays, rapporte thisdaylive.com.

Obasanjo a aussi souligné que « nous n’avons pas de problèmes avec les produits fabriqués au Bénin, ils sont les bienvenus », cependant ce qui est gênant est qu’aussi « longtemps que le Bénin autorisera le dumping des marchandises, il y aura toujours un problème avec le Nigeria ». Il a appelé les différentes parties à jouer leur partition afin de garantir de bonnes relations de voisinage et de coopération entre les Etats voisins et aussi tous les autres Etats de la CEDEAO dans le cadre de l’accord de libre-échange continental qui entrera en vigueur dans les prochains mois.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus