Fermeture des frontières: le Nigéria accuse le Bénin et le Niger de mauvaise foi et reste intraitable

Alors que les services de sécurité du pays ont mené plusieurs saisies de produits de contrebande au cours des deux dernières semaines, le Nigéria a indiqué que le Bénin et le Niger ne respectent pas encore les conditions liées à la réouverture possible de ses frontières terrestres.

Le ministre de l’Information et de la Culture, Lai Mohammed, a révélé cette information lundi, lorsqu’il dirigeait une délégation gouvernementale à la frontière de Seme. Il a tenu compte de l’ampleur des saisies et du nombre d’immigrés clandestins appréhendés au cours des deux dernières semaines, et selon lui, « rien n’est encore fait par les deux pays, le Bénin et le Niger, pour relever les défis », rapporte Ripples Nigeria. Selon le ministre nigérian, depuis la fermeture de la frontière, «la consommation locale de carburant avait chuté de 30%, apparemment en raison de la réduction de la contrebande de produits pétroliers vers les pays voisins ».

«La fermeture partielle a, jusqu’à présent, limité la contrebande de riz étranger dans le pays, en plus d’autres articles interdits”, a fait savoir Lai Mohammed. “L’exercice à la frontière a également limité le détournement de produits pétroliers du Nigeria vers les pays voisins”, a-t-il expliqué.

Des démonstrations et des preuves

Selon Ripples Nigeria, Mohammed, qui a estimé la valeur estimée de tous les articles saisis à environ 3,5 milliards de naira, a ajouté: «À l’heure de la discussion, nous avons des navires chargés de riz qui attendent d’être déchargés (au Bénin) et le marché cible est le Nigeria (pour Noël)). Nous avons MV Africana Jacana avec 40 000 tonnes de riz, MV Zilos avec 20 000 mts et Sam Sam Jarguar avec 45 000 MTS et autres ». Il ajoute que «le Bénin (République) a conclu des accords pour obtenir du riz à hauteur de 30 millions de dollars. C’est un pays avec seulement 12 millions d’habitants, il est clair que ce riz finira au Nigéria ».

«Dans le domaine de la sécurité, l’exercice en cours a enregistré un certain nombre de saisies et d’arrestations qui auraient eu de graves conséquences pour la sécurité. Jusqu’à présent, 296 immigrants clandestins ont été arrêtés. En outre, certains articles saisis comprennent: 38 743-50 kg de sacs de riz étranger étuvé; 514 véhicules; 1 012 tambours remplis de PMS; 5 400 bidons d’huile végétale; 346 motos; 10 553 jerrycans de PMS et 136 sacs d’engrais NPK utilisés pour la fabrication d’explosifs. La valeur estimée des objets appréhendés est d’environ 3,5 milliards de naira », explique le responsable nigérian.

Le non-respect du protocole de la CEDEAO

Le ministre de l’information, porte-parole de la délégation nigériane, a indiqué que les voisins de son pays ne respectent pas le protocole de la CEDEAO. «Il est toutefois inquiétant que certains pays voisins contournent le protocole de la CEDEAO sur le transit. Pour plus de clarté, le protocole de la CEDEAO sur le transit exige que lorsqu’un conteneur de transit s’immobilise dans un port de mer, le pays destinataire soit obligé de l’escorter sans altérer le sceau jusqu’à la frontière du pays de destination. Malheureusement, l’expérience a montré que nos voisins ne respectaient pas ce protocole. Au lieu de cela, ils brisent les scellés des conteneurs dans leurs ports et transbordent des marchandises destinées au Nigeria », indique-t-il.

Le gouvernement a également expliqué qu’il continuerait à utiliser les voies diplomatiques pour continuer à inciter ses voisins à accepter de se conformer au protocole de la CEDEAO sur le transit, indique Ripples Nigeria. «Les produits interdits au Nigéria, tels que le riz, les vêtements usagés, les produits à base de volaille et l’huile végétale, ne devraient pas être exportés vers le pays. À la suite de cette fermeture, la République du Niger a déjà publié une ordonnance interdisant toute exportation de riz sous quelque forme que ce soit vers le Nigéria », souligne Lai Mohammed.

Une délégation de haut rang

Notons que la délégation nigériane comprenait le ministre des Affaires étrangères, Godfrey Onyema, le ministre de l’Intérieur, Rauf Aregbesola; Ministre d’État (Finances, Budget et Planification nationale), Clement Agba; Babagana Monguno, conseillère à la sécurité nationale, et Muhammed Babandede, contrôleur général du Service d’immigration du Nigéria.

5 commentaires
  1. Tall dit

    Avec des apprentis politiciens aux commandes du Niger, ma chère patrie est devenue la risée du Nigeria,, sinon comment comprendre l’attitude attentiste des donneurs de leçons nigériens face aux autorités nigériane ? La règle de la réciprocité s’impose à nous pour nous faire respecté par ce géant au pieds d’argile ( Nigeria)

    1. Salem dit

      Tout à fait. Un pays de méga bordel et de fraudes qui prétend jouer au donneur de leçons. Mon oeil!!!!

  2. Axel Dossou dit

    Pour une fois qu’ils veulent mettre de l’ordre chez eux, profitons-en pour en faire de même chez nous. Aucun pays ne se développe à long terme sur la base de trafics informels, voire illicite.
    Nous les accusons souvent d’être les instigateurs du désordre chez nous. Ils nous retournent l’accusation. Pouvons leur qu’ils ont tort !

  3. Anonyme dit

    il na ka closure avec un mur

  4. Anonyme dit

    A force de tirer sur quelqu’un toi même tu te ferai tirer…il y aurait des retombées s’annonçant amère auprès du Nigéria…

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.