Cameroun: l’étau se resserre autour de Paul Biya, un autre parti boycotte les élections

Le Cameroon People’s Party a annoncé son intention de boycotter le double scrutin législatif et municipal prévu en février prochain. Cette annonce fait suite à celle du Mouvement pour la renaissance du Cameroun de Maurice Kamto qui a officialisé son boycott.

Les élections législatives et municipales au Cameroun rencontrent déjà beaucoup de résistances. Le parti d’opposition, Cameroon People’s Party, par la voix de son candidat à la présidentielle de 2011 Edith Kah Walla estime que les conditions ne sont pas réunies pour que le vote soit libre, indépendant et démocratique. Entre autres conditions, l’ex-candidate pointe du doigt la situation critique dans les régions anglophones et celles frontalières avec le Nigéria où le groupe Boko Haram sème la terreur. Le contexte ne « permet pas de tenir un scrutin du tout. Il faut que l’on soit honnête ! Il y a un an, en 2018, personne n’a battu campagne dans les zones anglophones, en dehors de quelques timides tentatives dans les grandes villes. Personne n’a battu campagne dans ces zones frontalières !“. 

La deuxième revendication porte sur l’actuelle mouture de la commission électorale. A l’en croire, les poids des représentants du parti au pouvoir dans les institutions impliquées dans le processus électoral fait craindre un manque de crédibilité. Sur ces deux points, Edith Kah Walla rejoint les opposants Maurice Kamto, Cabral Libii et Joshua Osih du Social Democratic Front, principal parti de l’opposition au Cameroun. La propagation de ce vent de boycott du vote accentue la pression sur régime de Paul Biya.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus