Bénin: les consignes du procureur de Cotonou aux policiers contre les bandits

Le procureur de la République près le tribunal de première instance de Cotonou, Mario Mètonou a rencontré la hiérarchie policière ce vendredi 22 novembre. Il était question pour le parquet et la police de dresser le bilan de l’année judiciaire et pour poursuivre efficacement la lutte contre le banditisme en cette veille des fêtes de fin d’année.

Il était permis au directeur général de la police républicaine et son directeur départemental du Littoral de dresser le bilan de l’année. Il ressort de leur point que la grande criminalité a notablement chuté ces derniers mois. Depuis le mois de septembre, assurent les officiers de police, le banditisme a reculé d’un cran quand bien même les 8è et 9è arrondissements de Cotonou continuent d’enregistrer des cas de braquage presqu’au quotidien. Des efforts supplémentaires sont donc à faire pour permettre aux populations de fêter en toute tranquillité, ont confié les deux responsables devant plusieurs de leurs collaborateurs.

Prenant la parole, le procureur de la République, Marion Métonou, a primo, félicité les flics pour les efforts consentis pour redonner espoir aux populations qui ne croyaient plus en la capacité de la police à assurer leur sécurité. Toutefois, il a déploré le laxisme qui caractérise parfois les actions des policiers sur le terrain. Les hors-la-loi en ont profité pour atteindre mortellement des citoyens avant de les déposséder de leurs biens. Le procureur ne souhaite plus enregistrer de tels cas dans la ville de Cotonou. La lutte contre la pollution sous toutes ses formes préoccupe également le chef du parquet de Cotonou.

Bien conduire les enquêtes judiciaires

C’est après les recommandations du procureur de la République que le Procureur général, présent aussi à la séance, a demandé aux officiers de police judiciaires de mieux conduire les enquêtes afin de permettre aux magistrats de prendre des décisions justes et incontestables. Il n’est plus à démontrer combien l’enquête préliminaire conduite par les policiers déteint sur la procédure judiciaire et impacte la décision du juge. Si le procureur général en arrive à faire ces recommandations, ce n’est pas anodin.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus