Guinée: les initiateurs des manifestations devant le tribunal ce mercredi

Le procès des responsables de l’opposition, initiateurs de la marche de contestation s’est ouvert ce mercredi 16 octobre 2019 à Conakry. Selon leur avocat, Me Salifou Béavogui, ses clients risquent entre trois et cinq ans d’emprisonnement.

Arrêtés samedi, 48h après des manifestations contre un projet de révision constitutionnel, huit cadres du Front national pour la défense de la constitution (FNDC) seront jugés pour trouble à l’ordre public. Selon Africanews, ceux-ci comparaissent devant le tribunal de première instance de Dixinn à Conakry, placé sous haute protection militaire. Parmi eux figurent l’ancien ministre Abdourahmane Sanoh. Il ne reconnait pas les faits à lui reprocher mais assure poursuivre le combat pour le respect de la constitution.

Des affrontements ont éclatés lundi entre forces de l’ordre et manifestants. A en croire la même source, au moins six personnes ont été tuées. La plateforme de l’opposition créée en avril dernier, est constituée des acteurs politiques de l’opposition, de la société civile et des syndicats. Elle milite farouchement contre la révision de la loi fondamentale qui permettrait à Alpha Condé de se représenter pour un troisième mandat. Depuis lundi dernier, le climat reste très tendu à Conakry, la capitale et dans plusieurs autres villes du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More