Guinée – Conakry: les corps des victimes des manifestations confisqués

En Guinée Conakry, les autorités ne sont pas prêtes à restituer les corps des manifestants tués lors du grand mouvement de contestation qui sévit dans le pays depuis le 14 octobre.

A lire aussi:

Les manifestations contre un éventuel troisième mandat du président Alpha ont fait six morts selon les autorités (neuf selon l’opposition). Selon Africanews, compte tenu de l’atmosphère tendue dans le pays, le pouvoir ne voudrait pas pour l’heure restituer les dépouilles des victimes à leur famille respective. Le motif serait l’appel de l’opposition qui comptait leur rendre un dernier hommage par le biais d’une gigantesque mobilisation qui aurait lieu mercredi.

Depuis le 14 octobre, le Front national pour la défense de la constitution (FNDC), constitué de politiques, des membres de la société civile et de syndicats appelle les guinées à se dresser contre un projet de révision de la loi fondamentale qui ouvrira la voie à un troisième mandat du chef d’Etat Alpha Condé au pouvoir depuis 2010. Dans le cadre de ces manifestations, cinq cadres du front ont été condamnés à des peines de prison allant de six mois à un an.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus