Guinée-Bissau: encore un nouveau revers pour le président José Mario Vaz

La Guinée Bissau s’est enfoncée dans une crise politique après le limogeage du premier ministre Aristides Gomez par le chef de l’Etat José Mario Vaz. A trois semaines de la présidentielle, l’ONU et la CEDEAO sont sorties de leur réserve.

C’est un désaveu pour le président Vaz mis sous pression par la communauté internationale. Après avoir viré son gouvernement, Vaz a nommé un nouveau premier ministre qui est censé prendre immédiatement fonction. Mais le chef du gouvernement déchargé conteste son limogeage qualifiant le décret de nul et de non avenu. Face à l’impasse, le secrétaire général de l’ONU a appelé au respect de l’accord d’Abuja permettant au pays d’aller aux urnes afin de tourner cette page. De son côté, la CEDEAO a affirmé son soutien total au gouvernement déchu, qui selon elle restera aux affaires jusqu’aux prochaines élections.

La campagne pour le scrutin devra être lancée samedi mais le climat politique actuel laisse planer  une incertitude sur la tenue ou non de la présidentielle. José Mario Vaz, président en exercice est en fin de mandat depuis juin passé. Mais l’accord conclu entre les deux parties lui permet de rester au poste jusqu’aux élections. Cette ex-colonie portugaise est plongée dans une crise politique depuis 2015 après un limogeage similaire de premier ministre.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus