FCFA-réformes ambitieuses: Kemi Seba répond à la France

Dans un direct via sa page Facebook dans la soirée du mardi 15 octobre 2019, le leader de l’ONG Urgences Panafricanistes Kemi Seba a répondu au ministre français de l’économie et des finances Bruno Le Maire qui a déclaré la semaine dernière, que la France est ouverte à “une réforme ambitieuse” du franc CFA.

Le Fcfa fait objet des débats houleux depuis un bon moment. La majorité des pays francophones indexent fréquemment cette monnaie coloniale d’être un frein à l’épanouissement de leur économie. Mais jusque-là, rien n’a changé dans le fond jusqu’à ce que la Cedeao annonce l’arrivée d’une monnaie commune dénommée “Eco”. Une annonce qui sans doute, a réveillé la France . Elle a annoncé via son ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, qu’elle est disposée à entreprendre des réformes audacieuses et ambitieuses du FCFA, que les Etats membres auront le privilège de définir. Si cette déclaration de la France a suscité un regain d’espoir chez certains africains, il n’en est pas de même pour Kemi Seba.

Le leader de l’ONG Urgences Panafricanistes et artisan de la lutte pour l’autodétermination de l’Afrique voit la nouvelle déclaration de Bruno Le Maire comme une insulte à l’Afrique et une provocation de la jeunesse du continent noir qui renonce au FCFA: “Le ministre de l’économie française Bruno Le Maire vient cracher une nouvelle fois au visage de la jeunesse africaine”, a ainsi lancé Kemi Seba.

Pour lui, la jeunesse africaine ne veut plus du FCFA et encore moins d’être unie à la France: “Le président français Emmanuel Macron a mis en place un Conseil Présidentiel pour l’Afrique(CPA) qui est constitué de différentes personnalités de la société civile, qui sont pour un rapprochement de l’oligarchie française avec l’Afrique, qui veulent un renouvellent des relations France-Afrique, mais qui ne veulent pas de la disparition du fcfa. Mais la jeunesse africaine ne veut plus de la francafrique” , a-t-il déclaré.

A en croire Kemi Seba, une série de consultations est entrain d’être organisée au sein du CPA pour proposer des modifications structurelles sur la question du fcfa à Emmanuel Macron qui n’a pas pour objectif la sortie de la France du FCFA ou l’arrêt du fcfa tel que la France tente de le faire croire. L’objectif, sauvegarder l’intérêt de la France. “C’est en étant dans une rupture épistémologique réelle avec ce système monétaire et la françafrique en général et l’abandon de toutes les tendances et de tous les actes reliés au néocolonialisme français”   (ndlr que l’Afrique pourra retrouver les chemins de la croissance).

“Non! Nous ne voulons pas les réformes audacieuses du FCFA, nous voulons l’abandons du fcfa. nous voulons une monnaie Eco qui soit sur un taux d’échange flexible arrimée à un panier à devise et nous ne voulons plus que sa soit sur un taux d’échange fixe arrimé à l’euro..Nous voulons la disparition du fcfa”, conclut Kemi Seba.

17 commentaires
  1. Anonyme dit

    une bonne nouvelle et il est temps de rompre la franceafrique .

  2. Kolimma dit

    Merci Kemi. Il esttemps que l’Afrique se libère enfin de ce colon qui vit sur son dos.

  3. Ishola dit

    Si je comprends bien, ça veut dire tout simplement que ce que disent Lionel zinsou, Ouattara à propos du CFA est faux. ils soutiennent le CFA juste pour avoir de la place auprès des occidentaux. Puisque la France propose une réforme en profondeur du CFA donc il avait bien Un problème.

    1. Henry Deti dit

      Merci Mr kemi Seba

      1. Mohamadou G. dit

        Comme tous pays SOUVERAIN soyons le maître de notre destin et HOUSTE LA FRANCE.
        NOUS EXIGEONS UNE COUPURE RADICALE AVEC LA FRANCE ,L’AFRIQUE N’A AUCUN INTÉRÊT À CES CÔTÉS C’EST ELLE QUI A TOUJOURS ÉTÉ BÉNÉFICIAIRE DANS NOS RELATIONS.

  4. Moulking dit

    Je suis d’accord avec kemi mais est-ce que nos chefs d’état auront le courage et l’audace de rompre avec la france

    1. Lamien dit

      Nos chefs ont surtout besoin du soutien de la société civil, comme le fait Kemi. Sinon seuls ils n’ont aucune valeur aux yeux de la France.

      1. Anonyme dit

        Vraiment mon frère

      2. India dit

        Vraiment mon frère

  5. Kay dit

    C’est réellement une insulte à nos consciences, nous ne croyons pas en leur bienveillance car c’est du vol manifeste. Écartons cette monnaie du continent, elle ne sert qu’à la France et nous rappelle les maux subits par nos parents.

    1. Tsoua dit

      Kemi seba est dans le vrai il est temps que les Africains prennent leur indépendance en se débarrassant déjà du franc cfa symbole de la colonisation, et surtout de la mainmise de la France dur nous économies.
      La France désigne les présidents en Afrique francophone. L Afrique centrale est la seule zone au monde où les présidents sont à vie avec la bénédiction de la France, trop c est trop

  6. Armel dit

    Je me demande si nos chefs d’Etats africains francophones écoutent la jeunesse. Quand nous gagnerons la lutte, qui pour conduire si ce n’est pas ceux là même qui reviendront mettre du sable dans notre gari. ToT

  7. Depkovi dit

    Le franc cfa doit disparaître.

    Naisse et vive l’Eco !

  8. levavasseur dit

    L afrique de l ouest est traditionnaliste , bientot le retour de monnaies telles le cidi et autres ……
    inflation dévaluation et les pauvres commerçants dans tout ça .
    10% de taux de change pour l euro et le dollar …….
    j entend déja les nostalgique du cfa……

  9. GOUTON PARFAIT dit

    DIEU NOUS SAUVERA DE LEURS MAINS.

  10. TANGA dit

    La France a encore la chance que les Africains ne soient pas encore comme les arabes. Mais pour combien d’années encore ou bien pour combien de mois encore? Nul ne le sait.
    Ce qu’il faut savoir, c’est que la MAFIA a commencé en Italie mais que d’autres sont plus MAFIEUX que les Italiens.
    Allons seulement !!!
    Il y en a marre !!!

  11. Anonyme dit

    Bien dit! Kemi Seba. Nous n’allons pas nous lessez rouler.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus