Boko Haram frappe encore l’armée nigériane dans le nord-est du pays

Encore une attaque sanglante dans le nord du Nigéria. Selon Al Arabiya citant des sources militaires, au moins 16 personnes, dont 11 soldats, ont été tuées lors d’attaques extrémistes dans l’Etat de Borno.

Les attaques ont été menées par Boko Haram entre jeudi et samedi selon les sources. Elles ciblaient tant les militaires que les civils. Jeudi, des militants de l’organisation ISIS Afrique de l’Ouest (ISWAP) ont tendu une embuscade à un convoi militaire près du village de Mauro dans le district de Benisheikh, a déclaré à l’AFP une source militaire. «Nos hommes en patrouille sont tombés dans une embuscade terroriste… qui a coûté la vie à 11 soldats et en a blessé 16 autres. Deux autres soldats sont toujours portés disparus », a déclaré l’officier, qui a demandé à ne pas être identifié. «Les terroristes ont emporté 11 fusils AK-47 et un canon anti-aérien montés sur le camion d’armes à feu», a-t-il déclaré selon Al Arabiya.

Le média rapporte que samedi, les combattants de la secte islamiste ont encore pris d’assaut un camp pour personnes déplacées par le conflit dans la ville de Banki, près de la frontière camerounaise, tuant deux résidents et blessant trois gardiens surveillant la zone, ont indiqué deux sources appartenant à la milice.

Boko Haram mène depuis des décennies, une campagne pour instaurer dans le nord du Nigéria, la loi islamique radicale. Environ 35 000 personnes ont été tuées depuis et deux millions de personnes ont fui de leur domicile dans le nord-est du Nigéria. La violence s’est étendue aux pays voisins, le Niger, le Tchad et le Cameroun, poussant une coalition militaire régionale à combattre les insurgés.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More