Bénin: intégralité du discours de Patrice Talon à la clôture du dialogue politique

Le président Patrice Talon a clôturé ce samedi 12 octobre, le dialogue politique qu’il a ouvert jeudi dernier. A l’occasion de la cérémonie de clôture, il a délivré un discours dont voici la substance.

  • Madame et Messieurs les Présidents des Institutions,
  • Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
  • Mesdames et Messieurs les responsables de partis politiques,
  • Mesdames et Messieurs les Délégués au Dialogue Politique,
  • Distingués invités,

Si l’émotion était facilement perceptible sur la peau noire, les effets du moment que nous partageons auraient traduit à suffisance mon état d’esprit.

C’est dire, mesdames et messieurs, que c’est avec grand bonheur que je viens de suivre et de recevoir le rapport de vos assises dont les conclusions me convainquent une fois encore, que nous sommes un grand peuple, et que nous savons nous montrer à la hauteur des attentes de nos compatriotes.

Il nous suffit de le vouloir et de nous mobiliser pour développer ensemble une autre idée du Bénin, et en faire notre Grande Cause ; la seule qui détermine notre engagement et nos actions.

Je note avec satisfaction que pendant ces quelques jours, tout au long de vos échanges, vous aviez pour repère essentiel le Bénin, son avenir et notre unité.

Cela vous honore et je voudrais humblement vous en féliciter.

Mesdames et messieurs les délégués,

Permettez-moi de vous avouer que mon étonnement et ma fierté ont été au plus fort quand il m’a été rapporté que vos discussions intenses et parfois passionnées se sont déroulées les trois jours durant, dans une ambiance de courtoisie et de convivialité inespérées.

Cela témoigne de ce que nous savons nous retrouver quand l’histoire ou les circonstances l’exigent.

Nous savons renoncer nos acquis et nous débarrasser de nos frustrations pour ne nous laisser guider que par l’intérêt général.

C’est bien la marque des grands peuples.

C’est au nom de ce peuple que je voudrais remercier chacun pour sa contribution, sa capacité de persuasion ou d’adhésion et son sens de consensus.

Chacun, à sa manière, a contribué aux résultats si positifs de ces assises.

A l’arrivée, c’est le Bénin qui gagne, et nous tous avec.

Mesdames et messieurs,

J’ai également noté avec satisfaction, sauf à me tromper, que vos recommandations ne remettent pas en cause la nécessité de réformer le système partisan en renforçant le rôle des partis politiques d’envergure nationale.

Il n’y a pas à s’émouvoir des incompréhensions et des divergences de vues enregistrées.

Il en va ainsi des réformes.

Un temps elles paraissent prématurées, un autre elles semblent pertinentes ou urgentes, un temps encore elles paraissent dépassées et nécessitent des réaménagements.

C’est le signe qu’elles sont les réponses aux préoccupations des époques qui les font naître, et qu’elles n’ont pas vocation à s’imposer éternellement.

Seul le Bénin est éternel.

C’est pourquoi, les propositions d’amélioration aux textes que vous avez formulées, feront l’objet d’une appréciation attentionnée de la part de mon Gouvernement qui, je vous le réaffirme, prendra toutes les responsabilités qui sont les siennes.

Il en sera de même en ce qui me concerne personnellement.

C’est sur cette assurance que je déclare clos, le Dialogue politique en vous félicitant une fois encore pour vos remarquables contributions.

Vive le Bénin.

Je vous remercie.

4 commentaires
  1. SELOVE samuel dit

    Ce discours a été bref et explicite. J’aime ça. Que tous les partis politiques visent les intérêts générals de la nation

  2. EFELDÉ dit

    Pour la 1ère fois, un président béninois fait un discours d’un vrai homme d’État. Sans radoter
    *AU PÈRE CÉLESTE*
    et autres niaiseries.
    Les réformes du président TALON touchent tous les domaines de la vie d’un homme et d’une nation. Pour moi, la plus importante de ses réformes est celle qui touche le MENTAL du bénininois et de l’africain noir en général.
    Dans ses réformes, Talon sauve l’honneur et la dignité de ses semblables que nous sommes. Il faut distinguer deux catégories parmi ceux qui, aujourd’hui le combattent: ceux de bonne foi et ceux qui ont des intérêts et privilèges à préserver. Je mets dans cette 2ème catégorie de VIHOUTOU, certains leaders politiques, anciens dirigeants et surtout l’épiscopat catholique, qui voit que son activisme caricatural habituel sous les régimes précédents a du mal à prospérer aujourd’hui.
    L’épiscopat béninois doit avoir inscrit dans la tête que le Bénin est un *État LAÏQUE*!
    Et que dans un pays démocratique, le POIDS des confessions religieuses devrait être *PROPORTIONNEL AU NOMBRE DE LEURS OUAILLES*
    En la matière, j’invite mes compatriotes à faire un constat autour de soi. (noms des rues, aéroports, présence impromptue et envahissante dans tous les domaines et surtout en matière de propriété foncière, au Bénin et dans le monde, alors qu’on exhorte le peuple à mériter les Cieux. Rapport qualité de vie/effort producteur de ses leaders, ….., etc.
    Toutes ces contradictions et incohérences ont pour conséquences les nettes progressions des églises évangéliques partout dans le monde.
    On peut comparer et faire le parallèle entre les heurs et malheurs des
    *Réformateurs Patrice TALON et le Pape FRANÇOIS.*
    Méditons et regardons comment se terminera le projet de baptême des rues dans nos villes, après ASPHALTAGE et particulièrement à COTONOU.

  3. Djobido dit

    Comparer Talon au Pape
    Vous faites fort
    Trop fort.
    Comparez le à Dieu sans sa merde

  4. Djobido dit

    Et puis franchement
    La constitution n’exclut personne.
    Pourquoi exclurait on les Ecclesiastiques
    Ne sont ils pas citoyens au meme titre que les autres ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More