Bénin – Dialogue politique: Soglo déplore le sort réservé au clergé catholique

L’initiative prise par le clergé catholique pour contribuer au retour de la paix est désormais caduque. Les acteurs politiques prennent langue depuis ce matin pour trouver des solutions consensuelles pour une sortie de crise. Le rejet de la main tendue par l’Eglise catholique est condamné par les forces de la résistance qui estiment qu’elle a été ridiculisée. 

A lire aussi:

C’est désormais décidé, l’Eglise catholique ne conduira pas les discussions pour une sortie de crise. Ainsi en a décidé le gouvernement du président Patrice Talon. En convoquant le dialogue national pour ce jour avec des facilitateurs dans le rang des professionnels du droit, le président Patrice Talon vient de mettre un terme à l’initiative prise par le clergé catholique pour amener les partis belligérants à fumer le calumet de la paix.

Ce contournement de l’initiative de la conférence épiscopale est mal perçu par les forces de résistance. En effet, au cours du discours d’ouverture de l’assise de la résistance qui a eu lieu ce jour au chant d’oiseau de Cotonou, l’ancien président Nicéphore Soglo a déploré le sort qui est fait aux hommes d’église.  » Nul n’ignore le rôle éminemment positif joué par le Clergé dans la mise en route du processus démocratique dans notre pays, et tous les efforts qu’il déploie depuis que l’héritage de la Conférence Nationale est mis à mal. Comme si sa démarche dérangeait, on a fait l’option de l’ignorer« , a déploré Nicéphore Soglo dans son discours. A en croire le chef de file de la résistance, le peu de crédit accordé au clergé catholique par les dirigeants actuels est une infantilisation de cette institution morale. « On a fait l’option de l’ignorer, de l’infantiliser pour recourir à des personnages douteux de notoriété publique pour conduire le pseudo dialogue, aggravant la crise de confiance« , indique-t-il.

Il importe de rappeler que lors de son dernier point de presse, le porte parole du gouvernement, le ministre Alain Orounla a largement justifié les raisons qui ont conduit à l’abandon de l’Eglise et de la société civile pour le dialogue convoqué par le chef de l’Etat. Ces raisons se résument au fait qu’il s’agit d’un débat éminemment politique qui ne nécessite pas l’implication des acteurs  de la société civile.

vous pourriez aussi aimer
3 commentaires
  1. Houessou segui dit

    Et oui, M. Soglo fait feu de tout bois. Il faut laisser l’église catholique tranquille. Elle ne vous a rien demandé. Au par respect aux autres confessions, on ne peut pas mettre l’église catholique toujours devant. Le Bénin est un pays laïc.

  2. George dit

    Oublie tes vendus catho les béninois laïques connaissent leur premier donateur.pour être médiateur il faut être impartial ce qu’iIls ne sont point, Pepe aigris et inutile qui ne se bat que pour son voleur et fuyard de fils

  3. EFELDÉ dit

    Enfin, les masques tombent, qui se ressemblent, s’assemblent !
    VIHOUTOU et AROMEMAGI (le Vatican, qui est envahissant et omniprésent à toutes les occasions et cérémonies chez nous et 1er propriétaire foncier au Bénin ) ont choisi le camp de la régression. Jésus reconnaîtra les siens.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

A la une de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accepter En savoir Plus

X