“Tata Angélique Kidjo, Macron se moque de vous et de nous” (lettre ouverte)

Tata Angélique KIDJO, Macron se moque de vous et de nous sur affaire d’accès aux crédits pour les femmes Africaines ! Je vous écris cette lettre en qualité de Chef d’entreprise ayant bonne connaissance des difficultés d’accès aux crédits bancaires avec des banques de la zone CFA, et en qualité d’acteur social, Président de l’Association KS-AFRIQUE NON AU CFA.

J’ai suivi cette conférence de presse où toute en joie vous étiez entre Macron et le Président de la BAD, un des rares Hommes Africains du monde de l’économie pour qui j’ai de la considération et qui, à mes yeux, a de la ferme volonté de développement.

Tata Angélique KIDJO, je viens par ce message vous dire une vérité très peu connue en Afrique zone CFA et qui constitue pourtant la racine principale de notre sous-développement et de tous nos maux : il s’agit du blocage par la france, de l’accès aux crédits bancaires pour les PME et porteurs de projets ; blocage fait via la politique monétaire du FCFA exécutée par la BCEAO et la BEAC sous ordres de la France.

BCEAO et BEAC…

Plusieurs Africains ne comprennent pas que le vrai coupable du blocage de l’accès aux crédits bancaires pour les PME en zone CFA et pour les femmes Africaines, c’est la France avec la politique monétaire du FCFA imposée par elle chez nous qui limite à 23% le ratio crédit/PIB, alors que ce même ratio est de 104% en france actuellement, 161% en Chine et 186%aux USA, confère données banque mondiale ( https://donnees.banquemondiale.org/indica…/FS.AST.PRVT.GD.ZS ).
Le ratio crédit/PIB étant la proportion du montant total des prêts bancaires accordés par les banques par rapport au Produit Intérieur Brut, PIB.

Outre ce ratio, il y a, toujours dans la politique monétaire de la BCEAO, le maintien du taux directeur à plus de 4% pratiqué par la BCEAO pendant que la FED fait 2,5% aux USA et la BCE fait 0% (zéro pour cent) en zone Euro. La BCE va meme jusqu’à faire un taux négatif de -0,4% à certaines banques qui parviennent donc à octroyer des prets à taux négatifs aux particuliers qui auront à rembourser moins de ce qu’ils ont pris comme credit bancaire.

La france se fou de nous.

Pour que les africains aient des crédits bancaires, il faut que Emmanuel Macron autorise les gouverneurs de la BCEAO et de la BEAC à modifier le ratio crédit/PIB dans la politique monétaire du FCFA, le faisant passer de 23% à 150% au moins. S’il le fait, même si les gens sont chez eux à la maison, les banques commerciales iront frapper à leur porte pour leur donner les crédits bancaires pour pouvoir atteindre les objectifs de ratio fixés à elles par la BCEAO. C’est une mesure similaire le gouvernement du Nigeria vient de faire prendre à la Central Bank du Nigeria CBN en Juillet 2019 passé.

La france se fou de nous. Et comme beaucoup sont ignorants parmi nous, ce petit pays de 66millions d’habitants seulement, n’ayant que la pluie, la neige et le vent comme ressources naturelles nous mène en bateau…

A terme il faut que Macron retire son pays, la france de la gestion du FCFA, et que nos dirigeants Africains mettent fin au FCFA en cours de mutation en ECO et adopter une monnaie communautaire complètement indépendante de la france dans laquelle le ratio crédit PIB sera de 150% au moins, et l’inflation à 12% au moins (contre 2% actuellement), et des taux directeurs de la banque centrale à moins de 2%, si on veut combattre les inégalités, permettre que de nouvelles personnes deviennent propriétaires d’entreprises et accéder à une classe moyenne. L’architecture d’une telle monnaie existe, et s’appelle le KORIS : la monnaie de l’industrialisation, du developpement et de la libération des pays Africains zone CFA.

Tout le reste, c’est de la farine aux yeux…

Mais au fond, pourquoi la france bloque l’accès aux crédits bancaires pour les Africains ?

En ne permettant pas que les Africains aient accès aux crédits bancaires, fruit de leur propre épargne nationale mise ensemble auprès des banques commerciales, la france est sûre que les Africains ne possèderont pas de grandes entreprises, et que toutes les grandes entreprises en Afrique appartiendront aux étrangers, notamment les français qui obtiennent facilement les prêts bancaires à bas taux de leurs pays d’origine, investir en Afrique, payer de miséreux salaires, faire du profit et tout rapatrier dans leur pays d’origine en faisant recours à toutes les formes de fraudes fiscales.

Soulignons que, ces étrangers achètent toutes les meilleures parcelles de nos villes, ont les plus gros immeubles de chez nous, couchent avec toutes nos femmes même les mariées, (leur mettant de l’argent devant) cocufiant bon nombre d’hommes, y compris ceux soutenant le FCFA, dépossèdent les producteurs agricoles de leurs terres etc… au finish, l’objectif de la france en bloquant l’accès aux crédits bancaires pour les Africains, c’est de rendre l’Afrique une propriété des Européens et des français. Lionel ZINSOU l’a si bien résumé : ‘’L’Afrique appartient à la france et l’Europe.’’ Si les Africains ont désormais accès aux crédits bancaires, les entreprises africaines appartiendront aux Africains et à moyen terme, l’Afrique appartiendra aux Africains. Chose que ne veut pas la france.

D’autres raisons encore justifiant cette politique francaise en Afrique sont les suivantes :

La France est l’un des pays qui ont besoin des ressources naturelles de l’Afrique. La France exploite l’uranium du Niger, le pétrole et le gaz du Gabon, du Congo, du Cameroun, du Sénégal, etc. Pour maintenir ces pays sous-développés et ne laisser aucune classe d’hommes d’affaires de ces pays atteindre un certain niveau, la france mène cette politique monétaire afin de permettre aux seuls investisseurs étrangers d’être les principaux acteurs et les détenteurs d’investissements de ces pays. Cela permettra au système d’exploitation de se poursuivre et permettra à la france de bénéficier des ressources naturelles de ces pays sans craindre que d’autres sociétés africaines ne deviennent des rivales des sociétés françaises établies dans ces pays.

Par exemple, presque 100% du coton produit au Bénin ou dans les autres pays de la zone CFA est exporté en france pour l’industrie française. Au cas où certaines industries africaines appartiendraient à des Africains, le coton serait utilisé en Afrique par des industries africaines, ce qui signifie que les industries françaises seraient privées de ce coton africain et seraient forcées de fermer leurs portes car la france ne produit pas du coton et des pays comme l’Inde ont interdit depuis l’exportation de leur coton.

La france maintient cette politique monétaire dans certains pays africains également parce qu’elle est le principal exportateur de biens industriels dans ses colonies africaines. Si ces pays africains commencent à produire leurs propres biens industriels, la france ne sera plus en mesure de leur vendre les mêmes produits industriels qui permettent aux industries françaises d’offrir des emplois en france.

Alors, Tata Angélique KIDJO, si vous souhaitez voir les femmes Africaines s’autonomiser, dites à Macron la prochaine fois vous en aurez l’occasion de sortir la france du FCFA et de laisser l’Afrique aux Africains ! Nous n’avons point besoin de leur argent pour financer nos femmes, nous avons besoin d’utiliser notre épargne publique et la création de monnaie ex-nihilo pour financer nos femmes et nos jeunes porteurs de projets sans augmenter la dette externe de nos pays !
J’espère que ce message vous parviendra. J’ai essayé de ne pas être trop long, mais, si vous avez besoin de plus de détails, je suis disponible à vous en fournir. Je suis joignable à [email protected]

Fraternellement, Votre.

Jaures SOGBOSSI.
Cotonou, le 03 Septembre 2019.

1 commentaire
  1. Barth dit

    Voilà qui est bien pensé, mais est-ce compréhensible à nos pseudos dirigeants dirigés ?

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus