Nigéria – Boko Haram : des enfants détenus dans des « conditions horribles », HRW

Des milliers d’enfants ont été arrêtés ces dernières années par l’armée nigériane dans des « conditions dégradantes et inhumaines » pour association présumée avec le groupe armé Boko Haram, a déclaré Human Rights Watch (HRW), demandant leur libération « immédiate ».

Le groupe de défense des droits basé à New York,  dans son rapport publié mardi, a déclaré que de nombreux enfants étaient détenus sans inculpation dans des casernes militaires bondées et étaient incapables de contacter le monde extérieur. « Des enfants sont détenus depuis des années dans des conditions horribles, sans aucune preuve d’implication dans Boko Haram, et sans même être traduits en justice », a déclaré  Jo Becker, directrice des droits de l’enfant à HRW, et l’un des auteurs du rapport. « Beaucoup de ces enfants ont déjà survécu aux attaques de Boko Haram. Les traitements cruels infligés par les autorités ajoutent encore à leurs souffrances et les victimisent davantage. »

L’armée nigériane a démenti les accusations contenues dans le rapport de HRW, affirmant dans une déclaration lundi que les affirmations du groupe « sont non seulement fausses, mais peuvent également saper les efforts conjoints des forces armées et d’autres agences de sécurité visant à rétablir la paix dans le nord-est Nigeria ». Boko Haram  mène une campagne armée dans le nord-est du Nigéria depuis 2009 et le conflit s’est depuis étendu aux pays voisins.

Rapport accablant

Dans son rapport de 50 pages, HRW a déclaré que les forces armées nigérianes avaient retenu plus de 3 600 enfants entre janvier 2013 et mars 2019, citant des chiffres communiqués par les Nations Unies. Selon le journal, au  moins 2 200 enfants ont été libérés depuis 2013.

« Selon les rapports de l’ONU, le nombre d’enfants arrêtés en 2018 a considérablement diminué, bien que les autorités nigérianes aient toujours refusé à l’ONU l’accès aux lieux de détention militaires pour vérifier le nombre réel de détenus », a déclaré HRW, ajoutant qu’elle ne savait pas combien d’enfants étaient actuellement en détention. Le rapport du groupe s’est basé sur 32 entretiens avec des enfants et des adolescents (25 hommes et 7 femmes) qui ont été détenus pour leur implication présumée dans le groupe armé.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More