Le Liban et la Russie consolident leurs relations sur fond de tension entre Beyrouth et Israël

L’ambassade de Russie a annoncé cette semaine que le Premier ministre libanais Saad Hariri envisage de se rendre à Moscou pour des discussions sur la coopération politique, économique et militaire entre les deux pays.

Dans une déclaration publiée mardi, l’ambassade a déclaré: “Il y a quelques jours, le Comité intergouvernemental russo-libanais pour la coopération militaro-technique s’est réuni pour la quatrième fois, confirmant la détermination des deux parties à renforcer leur engagement constructif”. La déclaration a ajouté que les deux parties poursuivraient un développement soutenu à cet égard au cours de la phase à venir, dans le cadre de la préparation de la visite de M. Hariri à Moscou et des contacts en cours entre les ministères de la Défense et de l’Intérieur des deux pays.

Selon Asharq Al-Awsat la date de la visite de Hariri n’avait pas encore été fixée. Cependant, des sources ont déclaré que le Premier ministre devrait se rendre à Moscou d’ici  la fin de 2019. Certaines sources d’informations ont également souligné les relations particulières entre Hariri et la Russie, contrairement à tous les rapports précédents cherchant à diffuser de fausses nouvelles. “Hariri envisage de discuter de plusieurs questions, notamment d’un partenariat politique, économique et militaire, en particulier du fait que plusieurs sociétés russes envisagent de participer à l’exploration pétrolière et gazière”, ont indiqué les sources.

Coopération économique et militaire

En 2018, la société russe Novatek était l’une des trois entreprises à remporter des offres pour les droits d’exploration de gaz dans les blocs 4 et 9, au large des côtes libanaises. La société a signé un contrat de 20 ans avec le gouvernement libanais, à compter de janvier, pour entretenir et développer les installations de stockage de pétrole dans la ville de Tripoli, dans le nord du pays.

Une autre compagnie pétrolière russe, Lukoil, a également manifesté son intérêt pour participer au second appel d’offres, prévu début 2020. Lundi, Hariri a démenti les allégations publiées par le journal local Al-Akhbar selon lesquelles le Premier ministre éviterait la coopération militaire avec la Russie. Hariri s’est rendu plusieurs fois à Moscou pour discuter de l’aide russe afin de renforcer les capacités de l’armée libanaise et de sécuriser les frontières du pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus