Fermeture frontières Bénin-Nigeria: importateurs de véhicules d’occasion au chômage

Les importateurs de véhicules d’occasion sont dans la tourmente depuis quelques jours. Ils n’ont plus de clients venant du grand voisin de l’Est depuis que les frontières ont été cadenassées par l’administration Buhari.

Depuis le 20 août 2019, les vendeurs des véhicules d’occasion vivent le calvaire. La république fédérale du Nigéria ayant décidé de fermer momentanément ses frontières avec le Bénin et le Niger, l’incidence se fait ressentir sur le marché des véhicules d’occasions. En effet, la plus grosse part des voitures en transit via le port de Cotonou atterrit sur le sol nigérian. Si certains Nigérians viennent directement chercher les véhicules sur le parc à Cotonou, d’autres attendent que les importateurs convoient le reste dans leur pays avant de venir les acheter.

Une bonne partie quitte Cotonou, traverse le Niger avant de chuter au Nigéria. Depuis que Muhammadu Buhari a mis fin aux échanges commerciaux entre les trois pays à savoir le Bénin, le Niger et le Nigéria, plus aucun véhicule n’a pu traverser les mailles sécuritaires. Les importateurs passent leur journée espérant en vain le moindre client. Certains ne veulent plus prendre le risque de lancer de nouvelles commandes sur l’Europe ou les Usa.

Coup dur pour l’économie nationale

Les caisses de l’Etat sont fortement éprouvées depuis la fermeture des frontières. Le Nigéria étant le principal consommateur des véhicules d’occasions importés via le port de Cotonou. Les recettes douanières ont chuté et donc le trésor public enrhumé. Déjà en 2016, la dévaluation du Naïra, monnaie nigériane, a mis à mal le secteur des véhicules d’occasion au Bénin. Plusieurs Libanais, spécialisés dans le secteur, ont dû plier bagage pour aller se chercher ailleurs. En janvier 2017, Muhammadu Buhari a interdit l’importation de véhicules neufs ou d’occasion via les voies terrestres. Heureusement pour le Bénin, les députés nigérians avaient réussi à obtenir la suspension de la mesure. Maintenant que tous sont unanimes sur la fermeture des frontières, le Bénin devra trouver des alternatives au plus vite. Autrement, son économie va s’écrouler, indubitablement. Il y a urgence!

11 commentaires
  1. Houessou segui dit

    Cest la preuve que nos pays ne sont pas sûrs. Un seul pays parcequ’il se sent puissant se permet de fermer unilatéralement ses frontières, alors qu’il appartient au même espace économique que ses voisins. Cest comme si l’Allemagne fermait ses frontières unilatéralement ces frontières aux aux autres de l’ UE. N’est ce pas un coup contre le Bénin ?

  2. Houessou segui dit

    La fraude est dans les deux sens. Le Nigeria crée bien des difficultés au Bénin avec son pétrole de fraude.

  3. george dit

    BENINOIS ARRETER d’être con avec votre économie et commerce qui se résume à importer des produits venant de l’Europe ou Asie pou revendre en Afrique de l’ouest car vous faites travailler ces derniers et vous ne créer aucun emploi sur le continent.
    vous devez élargir et diversifier votre économie à savoir bénéficier d’un transfert de technologie pour transformer vos matières premières. c’est ça qui crée de l’emploi et le développement.
    Vous aimez la facilité à savoir rester éternellement dépendant du Nigeria et ses frontières pour vendre vos produits importés alors que le Nigeria veut les produire sur son territoire

    1. Djobido dit

      Bien dit

  4. Tagni dit

    Svp j’aimerai savoir si avec un passport valide je peux traverser la frontiére de SEME KRAKE pour me rendre au nigeria à abuja pour un rdv à l’ambassade, malgré la fermeture de la dite frontiére.

    1. Houeffa dit

      Moi aussi je dois me rendre a Abuja pour un rendez-vous à L’ambassade on est dans la même situation…

  5. gahungezi dit

    voilà ces Africains qui se targuaient d’avoir créé une zone de libre échange!!! Des mots, des mots, rien que des mots… ceux qui misent sur l’essor de l’Afrique se trompent joliment!!! notre continent est maudit…

    1. Anonyme dit

      DAWI

  6. Dovenan dit

    C’est la politique economique mis en place qui est nulle

  7. ABIBOU dit

    je peux aussi ajouter que cette situation n’a pas d’incidence seulement sur le marché des véhicules d’occasion ,mais elle se fait sentir aussi sur le prix de l’essence au bénin.l’augmentation de ce prix se traduit par la diminution du nombre de taxi moto en circulation et en même temps le prix du service rendu a augmenté!!!!!ce qui agit négativement sur le social.

  8. milou dit

    depuis cette situation dramatique que fait le gouvernement

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More