Cameroun: évincé du port de Douala, le groupe Bolloré s’en remet à Paul Biya

Dans le bras de fer qui lie le groupe Bolloré à la direction du port de Douala au Cameroun, Cyrille Bolloré, le patron de l’entreprise a appelé Paul Biya à la rescousse.

Le groupe Bolloré n’entend pas plier ses bagages du plus grand port de l’Afrique centrale. En effet, après sa disqualification de la procédure de renouvellement du contrat de la concession du terminal à conteneur du port de Douala, Bolloré a émis le vœu de voir intervenir le président Paul Biya dans ce qu’il considère comme une “exclusion“. Dans sa correspondance, le fils de Vincent Bolloré a dénoncé des traitements injustes avant de rappeler les liens de bonnes collaborations entre le Cameroun et son entreprise. C’est ainsi qu’il en appelle au “haut arbitrage” du président Paul Biya.

Début septembre, la direction du port a désigné le groupe suisse Terminal Investment Ltd (TIL) pour prendre la succession du consortium Bolloré-Maesk qui selon Cyrus Ngo’o, le directeur du port, ne respectait pas les nouveaux « critères rigoureux » de la procédure d’attribution. A l’en croire, le nouvel opérateur présente des offres plus avantageuses que celles du consortium franco-néerlandais. Après 15 ans passés au Cameroun, le géant français et son partenaire hollandais laisseront place au groupe suisse qui débutera le 1er janvier 2020.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus