Bénin – rentrée des classes: l’école publique toujours à la traîne

L’école béninoise a ouvert de nouveau ses portes ce lundi 16 septembre 2019. Les cours devraient démarrer en même temps, avaient insisté les ministres en charge de l’éducation. Mais dans les écoles publiques, c’est mitigé pour ce premier jour.

Un jour de moins pour cette année scolaire. Un jour de perdu pour la majorité des élèves, pourrait-on affirmer. Si presque tous les établissements privés ont démarré avec une vitesse de croisière les cours, ce n’est pas le cas dans plusieurs collèges. La raison, loin de dépendre des enseignants, encore moins des chefs d’Etablissement, se situe au plus haut niveau de la chaîne scolaire. Seuls les enseignants agents permanents et contractuels d’Etat ont droit aux emplois du temps pour démarrer effectivement les cours. Or, ils font à peine le tiers du personnel enseignant.

Les autres, autrefois vacataires, majoritaires dans le système, sont toujours en attente de leur emploi du temps. Le gouvernement ayant décidé d’opérer des réformes éducatives, a organisé des tests de constitution de base de données. A cette rentrée, il est dit que seuls les aspirants retenus dans cette base de données auront droit à un contrat en bonne et due forme pour suppléer aux vacataires.

Jusqu’à ce lundi soir, à 16h 30, rien à signaler. Ce qui implique la flânerie du plus grand nombre d’élèves dans les rue voire dans les cours des école. Pendant ce temps, les privés évoluent dans le programme.

1 commentaire
  1. Coovy dit

    Il n’y a pas que ça !
    On a attendu vendredi dernier, 13 septembre 2019, pour signer des titres de mutations de responsables d’établissements secondaires publics.
    Au primaire aussi, il y a des enseignants qui attendent d’être mutés.
    Au Bénin, très souvent, le mal vient des ministères, dans presque tous les secteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.