Bénin: les propositions de Joël Aïvo pour une autonomie financière et économique

Depuis le 20 août dernier, le Nigéria, grand voisin du Bénin, a fermé ses frontières. Depuis lors, les populations souffrent et ne savent plus à quel saint se vouer. Des voies s’élèvent pour proposer des pistes de sortie. Mais le professeur Joël Aïvo ira plus loin pour sortir une thérapie de choc qui pourra rendre le Bénin autonome tout en préservant les liens de bon voisinage.

Le professeur de droit constitutionnel est parti d’un aveu pour déboucher sur ce que l’on doit faire afin de s’assurer une autonomie alimentaire, financière et économique en dépit des péripéties éventuelles. Pour Joël Aïvo, la solution était à nos portes grâce aux propositions de Bertin Koovi que personne ne comprenait. L’économie fondamentale que le président de l’alliance Iroko a longtemps vantée est la seule piste qui puisse mener  à bon port. En effet, l’ancien doyen de la faculté de droit et de science politique pense que l’économie fondamentale, loin d’être une incantation, est plutôt pragmatique et réaliste.

Si la crise du Nigéria fait si mal aux populations béninoises, c’est, croit savoir Joël Aïvo, parce que « l’économie fondamentale nous a rattrapés ». Depuis des décennies, le Bénin a compté et continue d’ailleurs de compter sur les importations pendant que la nature a bien voulu nous doter de richesses naturelles. « L’importation ridiculise la production nationale et l’exportation, quasi dérisoire, se limite à quelques rares produits bruts, non transformés. Nous ne mangeons plus ce que nous produisons et notre consommation est satisfaite par l’importation. Nos rizeries sont en Asie, nos huileries aussi, nos fermiers au Brésil, nos artisans et nos ouvriers sont en France, en Turquie, en Chine etc., nos supermarchés remplis de produits cultivés, fabriqués dehors et convoyés chez nous par bateau ou par avion. Même l’eau minérale, je dis bien l’eau minérale nous vient par bateau », regrette l’universitaire.

Que faire?

Pour sortir de l’impasse sans pour autant mettre en péril les relations entre le Bénin et ses pays limitrophes en l’occurrence le Nigéria, il faut, soutient le professeur, prendre conscience « que nous sommes nourris par les autres, vêtus par les autres, que nous produisons pour les autres et très peu pour nous-mêmes ». Cela sonnera le glas à l’importation des denrées alimentaires, des pagnes, des nattes,…. La solution, c’est fondamentalement la transformation sur place des produits. L’exportation de la matière première étant pernicieuse pour l’économie nationale. Il faut sauvegarder à tout prix, conseille-t-il, les  champions économiques dans l’agroalimentaire, dans le textile,…. In fine, Joël Aïvo interpelle: « regardons-nous en face et prenons dès aujourd’hui résolutions et décisions courageuses qui permettront, à court terme, de réorienter notre économie vers nos propres besoins ».

3 commentaires
  1. Dine le Président dit

    Il est bon de donner des conseils et orientations. Mais quelle entreprise privée avez vous déjà créé et qui est orientée dans la production et la transformation. Donner des conseils ne suffit plus cher éminence.

  2. paysan dit

    C’est cette économie fondamentale que Koovi a mis en oeuvre dans les milieux sulfureux dans lesquels il a fait fortune? Une incantation blablabla reprise par un professeur qui devrait être plus dense et nuancé que ça!!!

  3. magbedo dit

    Professeur je pense que vous faites partie des gens qui doivent être respectés au Bénin. Mais de plus en plus vous nous mentez. C’est il faut que le Bénin mette UN POINT sur sa production nationale. Etes vous sûr que depuis vous êtes un Akowé vous avez mangé du riz produit au Bénin? avez un préparé avec de l’huile produite au Bénin? ainsi de suite ainsi de suite. Le vrai problème du Béninois c’est son manque de patriotisme, il aime trop ce qui est venu d’ailleurs. Nous ne consommons pas les produits Béninois. Alors que les jus Béninois sont de vrais nous consommons des jus fabriqués avec de la poudre synthétique qu’on nous amène de l’étranger. Conscientisez les Béninois à consommer ce qui déjà produit actuellement au Bénin. NE FAITES PAS ET NE DITES PAS LES CHOSES COMME SI RIEN N’EST FAIT ACTUELLEMENT.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. Accept Read More