Bénin: Jean-Baptiste Hounguè justifie l’absence des partis satellites de la mouvance au gouvernement

L’ex-président du mouvement “le Bénin en marche”, Jean-Baptiste Hounguè, dans une interview accordée à Fraternité, a dévoilé les raisons qui ont joué contre les partis politiques qui se réclament de la mouvance présidentielle lors du récent remaniement ministériel.

A la faveur du remaniement ministériel, le troisième depuis 2016, Patrice Talon, président de la République, a fait appel aux deux formations politiques “disciplinées”, Union progressiste et Bloc républicain. Outre ces deux partis, aucun des autres se réclamant de la mouvance n’a eu de poste ministériel. Certains disaient déjà qu’entre le chantre de la rupture et les partis satellites c’est “je t’aime, moi non plus” qui prévaut. Les interprétations allaient bon train jusqu’à ce que les dignitaires de la vraie mouvance fassent l’aveu par eux-mêmes.

Membre influent du Bloc républicain, Jean-Baptiste Hounguè pense que la réforme du système partisan avait un seul objectif: fédérer les énergies autour d’une ou deux idéologies plutôt que de s’effriter en de clubs électoraux aux côtés de Patrice Talon. Pour y arriver, il fallait créer deux partis pour la mouvance et deux également pour l’opposition. (Le chef de l’Etat l’a martelé le 20 mai dernier dans son message, Ndlr). Mais, poursuit Jean-Baptiste Hounguè, certains ont préféré faire cavalier seul. Ceux-là, dira-t-il, “n’ont pas vraiment fait le pas de ladite réforme” pour qu’on “fasse leur promotion”. C’est désormais clair que les partis satellitaires ne sont pas reconnus comme appartenant à la mouvance présidentielle.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus