Bénin: après les pierres norvégiennes, José Didier Tonato à nouveau au cœur de la polémique

Le ministre du cadre de vie et du développement durable, José Didier Tonato, a signé un contrat avec une société française pour l’installation des lampadaires dans plusieurs villes du Bénin. Quelques heures plus tard, les internautes réagissent et dénoncent non seulement le coût élevé des lampadaires mais aussi l’exclusion des entreprises locales.

Il n’est plus un secret pour personne que depuis quelques années, les entreprises internationales sont sollicitées pour divers services en Afrique et au Bénin particulièrement. Le ministre du cadre de vie et du développement durable, dans le cadre du projet Asphaltage, a signé un contrat de plus de 14 milliards avec FonRoche, une entreprise française. La société se chargera de poser les lampadaires pour éclairer l’espace public. Le contrat porte sur deux lots.  Le lot 18A qui concerne 7.533 lampadaires pour les villes de Cotonou, Abomey-Calavi et Sèmè-Kpodji, coûtera 7.315.074.542 FCFA. Le lot 19A qui prend en compte les villes de Parakou, Abomey, Bohicon, Lokossa, Porto-Novo et Natitingou prend en compte 7.225 lampadaires pour un montant de 6.486.063.571 FCFA HTVA.

NOUS VOULONS UNE INDUSTRIE DE LAMPADAIRES ET NON DES LAMPADAIRES!!!Voici une entreprise francaise créée en 2008 tout…

Publiée par Jaures James Sogbossi sur Lundi 16 septembre 2019

Une nouvelle qui a enflammé la toile. Certains pensent que les lampadaires coûtent extrêmement chers. Des calculs faits par eux renseignent que l’unité coûterait environ le million. D’autres, préférant un autre angle du sujet, ont décrié la sollicitation des multinationales alors que des compétences ne manquent pas au pays. Ces derniers ont suggéré que des marchés du genre soient confiés aux compatriotes Béninois pour que les fruits restent chez eux. D’autres, très acerbes dans leurs critiques, souhaitent la construction d’industrie pour absorber une frange des chômeurs plutôt que de confier des milliards aux expatriés.

Didier Tonato, un coutumier de faits?

Il faut dire que le ministre Tonato est un allié des critiques. Récemment, il a signé un contrat de près de cent milliards avec une entreprise pour importer des pierres norvégiennes. Cela a soulevé un grand tôllé sur la toile. Mais à l’arrivée, les fruits ne semblent pas tenir la promesse des fleurs, du moins pour l’instant. Puisque l’eau continue de menacer à Avlékété. Certainement qu’il en tiendra compte pour les fois à venir. Bien que la société en question ait gagné le marché suite à un appel d’offres international, il serait souhaitable que les entreprises locales soient privilégiées pour limiter les critiques parfois désobligeantes.

9 commentaires
  1. bagri dit

    N’importe quoi ! Dans le cadre du projet asphaltage on voit comment les chinois évoluent ! Dans le même temps le gouvernement a confié de simples travaux de pavage à des entreprises dites locales à kalale, karimama, malanville et Bembereke, allez dans ces villes et dites nous ce qui se passe aujourd’hui !

  2. Victor TIGRI dit

    Vous allez en souffrir mais vous ne pourrez rien.
    Le cas patent de la construction du Siège de l’Assemblée Nationale est là pour nous rafraîchir la mémoire sans oublier celui de Maria Galeta 1 L’essentiel pour nous est le résultat. Apprenez à travailler en equipe et payez vos impots. Apres cela, des marchés vous seront attribués.

  3. ZATIN dit

    Allez tout simplement voir à Semé le désastre des travaux d’asphaltage confiés à OFMAS entreprise appartenant à M. De Chacus…vraiment allez vous faire foutre avec vos histoires de nationaux incompétents

  4. Et Voilà dit

    Il fallait le faire avant

  5. Djobido dit

    Les politiques se doivent d’eviter de parvenir à ce qui se passe en Afrique du sud en terme de xenophobie à l’encontre des nigerians. Entreprises
    Chinoises et etrangeres au Benin attention donc. Identifions les problemes des entreprises beninoises et resolvons les pour absorber la main d’oeuvre locale.

  6. BOSSOU Awissindé dit

    Le président TALON et le ministre TONATO sont les seuls à savoir le motif réel de ce choix.mais il serait aussi bon de donner une chance aux entreprises locales, on pourrait mettre en oeuvre les jeunes entrepreneurs à travers une partie de ces projets même 1/100, la Chine avait commencé quelque part. Je me demande parfois si ce sont les partenaires qui les imposent ces entreprises étrangères.

  7. claude dit

    Mais arretez d’ecrire ces chiffons; demandez plutot que les notres sous traitent ou apprennent des experts. Beninois est incapable de produire les panneaux et respecter un delai. simple pavé ils peuvent pas poser correctement et dans le delai; et on parle. combien de fois ceux qui parlent sont allé relancer ces entreprises locales qui se moquent du gouvernement quand on leur commande. faites un tour voir comment evoluent leurs chantiers comparés aux chinois qui travaillent meme dimanche. des marchés dont on parle, pour ne pas parler de ADEOTI proche de l’ancien régime? qui continue d’avoir des marchés.
    demandez plutot que ceux la travaillent avec des beninois pour le partage d’experience. Beninois a le diplome et pensent que cela suffit; il faut la compétence.

    BEninwebTV exagere et de trop. soit veridique et responsable dans vos analyses. et c’est pas tout ce qu’on voit qu’on relaie.

    en plus les reseaux sociaux ne doivent pas etre votre source d’information.

  8. magbedo dit

    Effectivement,on remarque que BéninWebTV ne fait des investigations propres à elle. Elle se contente de ce qu’un autre organe a dit et relaie cela. C’est un gênant. Vous êtes aller jusqu’à relayé les propos d’un Zémidjan qui aurait remorqué Soglo, et que Soglo lui aurait dit certaines choses sur la coton. Faites vos propres enquêtes avant de nous informer.

  9. magbedo dit

    Béninois, Béninois, Béninois prenez de la peine pour apprendre à bien faire, à bien entretenir. Si les les entreprises Béninoises sont défaillantes elles ne pourront pas bénéficier des marchés publics. Et c’est regrettable, la seule chose que entreprises béninoises savent faire c’est achat livraison, et c’est tout. Le Nigéria nous demande de produire sur place pour ensuite leur vendre notre production nationale. Seules quelques rares têtes sont en train de tenter l’expérience et cela marche. Un Indien tente une grande expérience à Savè et cela marche. Les entreprises de BTP du Bénin n’ont pas encore le savoir faire nécessaire elles doivent repenser leur Qualité. Donc cessons de bavarder et apprenons d’abord.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More