Angola: Plus de 500 000 migrants clandestins expulsés

L’Angola continue son opération d’assainissement du secteur du diamant et cela a des répercussions sur les immigrés. Plus de 500 000 immigrants illégaux ont été expulsés par les autorités de Luanda.

Les autorités angolaises ont expulsé plus de 500 mille immigrants illégaux, fermé 96 coopératives illégales de diamants, quatre projets miniers et 289 maisons d’achat de diamants, a déclaré le ministre d’Etat Pedro Sebastiao, lors d’une conférence de presse à Luanda, la capitale, nous rapporte BBC.

Débutée en septembre 2018, l’opération « Transparence » de lutte contre le trafic de diamants, a aussi permis la saisie de plus de 35 000 carats de diamant. Plus de 380.000 migrants clandestins, pour la plupart originaires de la République démocratique du Congo, avaient  déjà été expulsés en 2018, lors du début de l’opération.

Le ministre d’État et chef de la sécurité présidentielle responsable de l’opération, Pedro Sebastiao avait affirmé en 2018 que cette opération « Transparence n’est pas fondée sur des sentiments xénophobes à l’encontre des citoyens des pays voisins ou de toute autre nationalité. » Le gouvernement du président angolais Joao Lourenço, au pouvoir depuis septembre 2017, a précisé que cette mesure vise à réglementer l’importante industrie minière du pays où opèrent illégalement de nombreux étrangers.

Mais selon BBC, l’ONG Human Rights Watch avait soupçonné les autorités de « mauvais traitements » dans le cadre de cette opération, ce que Luanda a toujours nié. L’opération « Transparence » a été étendue en mars à la côte maritime pour lutter contre la pêche illégale, la contrebande du carburant et le trafic de drogue. Au total, 356 bateaux de pêche ont été saisis.

L’Angola, deuxième producteur de pétrole en Afrique sub-saharienne et l’un des principaux producteurs au monde de diamants, a été frappé de plein fouet par la chute des cours du brut en 2014, qui fournit 70% des revenus de l’Etat. En prenant les rênes du pays en 2017, Joao Lourenço avait promis un « miracle » économique qui tarde cependant à se concrétiser.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Dans le Flux de l'actualité

This website uses cookies to improve your experience. We'll assume you're ok with this, but you can opt-out if you wish. AcceptRead More