Saisie du navire iranien : la cour suprême de Gibraltar déboute les Etats Unis

La Cour suprême de Gibraltar a statué que le pétrolier iranien était libre de naviguer, quelques heures à peine après que les États-Unis ont déposé une demande  “de dernière minute ” pour “saisir” le navire, ont annoncé les autorités.

Grace 1  avait été prise le 4 juillet par les  Royal Marines britanniques au large de Gibraltar,  soupçonnée de transporter du pétrole brut iranien en Syrie, en violation des sanctions imposées par l’Union européenne à l’encontre du gouvernement du président syrien Bashar al-Assad. L’Iran a nié les accusations et qualifié la saisie de “piratage”. Le juge en chef Anthony Dudley a déclaré qu’étant donné que l’Iran avait garanti par écrit que le Grace 1 “ne soit jamais destiné à une entité sanctionnée par l’UE (…), il n’y a plus de motifs raisonnables de soupçonner que la détention du navire est nécessaire”. Il a ajouté que le tribunal n’avait pas reçu de demande de détention écrite des États-Unis.

La Cour suprême du territoire britannique a déclaré avoir reçu l’assurance que le navire ne déchargerait pas sa cargaison en Syrie. Préparant la libération du pétrolier, le capitaine, un ressortissant indien, et trois officiers du Grace 1 ont été libérés jeudi, a annoncé le gouvernement. Aucun des membres de l’équipage à bord du navire n’était iranien.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus