RDC : Félix Tshisekedi, la marionnette de Joseph Kabila ?

L’opposition en RDC a longtemps affirmé que le président Felix Tshisekedi était une marionnette de l’ancien président Joseph Kabila. Le nouveau Cabinet montre à quel point l’ex-président est puissant.

” Il (Tshisekedi) est à la merci de Kabila”, a déclaré Martin Fayulu, dirigeant de l’opposition en RDC, lors d’une interview. L’ancien dirigeant d’Exxon Mobil, âgé de 62 ans, a prédit à la plate-forme d’information en ligne African Arguments que le président Tshisekedi abandonnerait tout contrôle dans des secteurs clés du pays tels que les mines et la finance, après que ce dernier a conclu un accord de partage du pouvoir avec l’ancien dirigeant Joseph Kabila.

L’annonce du Cabinet de lundi correspond plus ou moins à ce que Fayulu avait prévu. Le gouvernement de coalition de la RD Congo est fortement dominé par le Front commun du Congo (FCC) de Kabila, tandis que l’alliance CACH de Tshisekedi a été laissée à pourvoir au reste des postes. Personne de l’opposition n’a été nommée.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : RDC: l’intégralité des 65 membres du premier gouvernement de Félix Tshisekedi[/su_heading]

“Selon la constitution congolaise,  le président dispose maintenant de pouvoirs restrictifs “, a déclaré au site DW Stephanie Wolters, analyste pour l’Afrique centrale à l’Institute for Security Studies. “C’est le parti dominant à l’Assemblée nationale qui est en mesure de déterminer une grande variété de nominations clés, y compris le Premier ministre.” L’alliance de Kabila commande une écrasante majorité dans les assemblées nationale et provinciale. “Ce n’est pas la grande avancée”, a déclaré Benno Müchler, responsable du bureau de la Fondation Konrad Adenauer en RDC, à propos du nouveau gouvernement congolais. “On pouvait s’y attendre après le difficile processus de formation d’une coalition au pouvoir au parlement, où l’ancien président Joseph Kabila détient toujours la majorité”, a déclaré Müchler.

Nouveaux visages, ancien pouvoir

Le nouveau Cabinet est composé de nombreuses personnes entièrement nouvelles. “Près des trois quarts des nouveaux ministres n’ont jamais occupé de poste ministériel”, a déclaré M. Müchler. “Nous accueillons le nouveau gouvernement avec joie parce que la plupart des anciens visages sont partis. La plupart d’entre eux sont nouveaux, nous les surveillons donc de près et leur souhaitons le meilleur et espérons qu’ils travailleront au service des Congolais”, a déclaré un habitant de Kinshasa à un média étranger dans la capitale.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : RDC: encore un pas important vers la formation du nouveau gouvernement[/su_heading]

Pour la première fois dans l’histoire de la RD Congo, une femme sera chargée du portefeuille des affaires étrangères. Marie Tumba Nzeza, membre de l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) de Tshisekedi, est désormais l’envoyé suprême du pays. “Pour nous, c’est une femme inconnue”, a déclaré à DW Jean-Claude Katende, président de l’Association africaine des droits de l’homme (ASADHO), une organisation de la société civile.

Petite représentation féminine

De nombreux observateurs ont loué la nomination de 13 femmes au sein du gouvernement, mais ils ont déclaré que le nombre de femmes était bien en deçà des attentes. Selon Katende, la proportion de femmes dans le gouvernement de la RD Congo n’est pas suffisante. “Nous avons exprimé le souhait qu’au moins 30% des postes ministériels soient alloués à des femmes”, a déclaré Katende. “Mais cet objectif n’a pas été atteint. D’autre part, nous devons admettre que les femmes dirigent d’importants ministères dans ce gouvernement. C’est une bonne chose”, a ajouté Katende.

“Une autre chose remarquable est que le nouveau gouvernement ne compte aucun des 15 personnalités haut placées sur la liste des sanctions de l’UE”, a déclaré Müchler. Il a également déclaré que la gestion du gouvernement gigantesque avec plus de 60 ministères constituerait un énorme défi.

Tshisekedi éclipsé par Kabila

Tshisekedi avait promis des réformes majeures dans sa campagne électorale, mais a jusqu’à présent eu du mal à les mener à bien. “Il a fait certaines choses qui montrent son intérêt pour la mise en place d’une démocratie fonctionnelle, telles que la libération des prisonniers politiques et la plus grande partie des manifestations politiques. Mais il reste encore beaucoup à faire. Nous en sommes encore au début”, a déclaré M. Wolters.

“Il aurait pu faire plus pour rompre avec le genre de politique pour laquelle son prédécesseur était connu, mais étant donné qu’il est sévèrement contraint par la majorité de Kabila, il devra prendre la chose lentement”, a-t-elle ajouté. Les analystes s’accordent pour dire que Joseph Kabila continuera d’exercer et de conserver un grand pouvoir dans ce pays riche en minéraux.  Le politicien vétéran âgé de 48 ans a dirigé la vaste nation africaine pendant près de deux décennies. “Il y a beaucoup de chance que Joseph Kabila soit candidat aux prochaines élections”, a déclaré Wolters.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus