Malnutrition: l’appel de Paul Kagamé aux chefs d’Etats africains

Le président Paul Kagame a appelé à des efforts collectifs pour éliminer la faim sur le continent africain

Kagame a lancé l’appel lundi lors d’une allocution au Dialogue sur le leadership en matière de sécurité alimentaire en Afrique (AFSLD) à Kigali. «Nous ne sommes pas sur la cible de la Déclaration de Malabo visant à éradiquer la faim d’ici 2025. En fait, depuis sa signature en 2014, la sous-alimentation a de nouveau augmenté dans de nombreux pays africains», a averti le président. Notant que «près de 20% des Africains sont sous-alimentés», le chef de l’État rwandais a assuré aux autres dirigeants que le problème pouvait être réglé avec le type approprié de technologie, de partenariat et de coopération.

 «Ici au Rwanda, nous avons eu des problèmes avec cela (malnutrition). Mais je vous assure que grâce aux connaissances qui nous ont été confiées, à la technologie, au soutien des partenaires et à la participation de tous, nous allons régler ce problème et réussir. Si nous pouvons, tout le monde le peut », a-t-il déclaré.

Il a averti que “la sous-alimentation aura un impact négatif sur les enfants d’aujourd’hui tout au long de leur vie” si rien n’est fait. “L’ensemble du programme de développement humain en Afrique est en danger”, a-t-il déclaré, appelant à l’action. Dans le rapport sur l’état de la sécurité alimentaire et de la nutrition en 2019 publié par la FAO, 31% des 821 millions de personnes qui souffrent de la faim dans le monde sont originaires d’Afrique subsaharienne ; Kagame a appelé les partenaires à déployer des efforts collectifs pour mettre fin à la menace. Il a ajouté que les efforts incluront l’adaptation au changement climatique pour augmenter la production agricole, améliorer la gouvernance nationale pour mettre fin aux conflits et mobiliser les investissements commerciaux et du secteur privé sur l’ensemble du continent.

 «L’augmentation de la productivité agricole est essentielle pour éliminer la faim et la sous-alimentation. Mais la sécurité alimentaire n’est pas notre but. Nous voulons un continent qui prospère vraiment dans tous les sens du terme. Et l’agriculture est sans aucun doute le fondement de la prospérité de l’Afrique. C’est l’ambition plus vaste que nous devons nous mettre au défi de réaliser. Nous le devons aux générations qui nous suivent », a-t-il déclaré.

L’événement de deux jours a rassemblé différentes parties prenantes dans le but de faciliter leur engagement pour renforcer l’action collective visant à adapter l’agriculture et les systèmes alimentaires de l’Afrique au changement climatique afin d’améliorer la sécurité alimentaire du continent. Initiée par le gouvernement du Rwanda, la réunion était organisée par les principaux partenaires, dont la Commission de l’Union africaine, le Groupe de la Banque mondiale, l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la Banque africaine de développement et le Fonds international de développement agricole. (FIDA).

Le dialogue a réuni des personnalités comprenant des chefs d’État, des ministres de l’agriculture et des finances, des chefs d’institutions internationales et des commissions économiques régionales (CER), des lauréats du prix Nobel et des scientifiques éminents afin de catalyser des actions et des financements pour faire face à la détérioration de la sécurité alimentaire en Afrique dans le contexte du changement climatique récent.

1 commentaire
  1. John dit

    Mensonge kagame sait communiquer mais que des contre-vérités. Au Rwanda 37 pour 100 des enfants sont chétifs. L’école rwandaise est sinistrée. Dites vous un élève à la fin de l’école primaire à le niveau de 3 ème année…ses enfants à lui et sa cacique aucun ne fréquentent ‘école rwandaise tous etudie à l’étranger ou dans les écoles qu’ils ont fondé pour leurs enfants…franchement ne l’écoutez pas c’est manipulateur et de plus violent.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus