gaetane

Kenya : quatre mois de prison pour une simple blague

Un Éthiopien vivant au Kenya a été condamné à quatre mois de prison jeudi pour avoir plaisanté au sujet d’une bombe après avoir embarqué dans un avion de Kenya Airways, a rapporté la BBC.

La blague de Chifraye Bekele a conduit à l’annulation du vol à destination de Johannesburg en avril et à la fermeture de l’aéroport international Jomo Kenyatta (JKIA) pendant trois heures dans la capitale, Nairobi. La magistrate Christine Njagi, en charge de l’affaire, l’a déclaré coupable d’avoir «mis en danger la sécurité des aéronefs et des personnes à bord».

Selon le jugement rendu public par BBC, Bekele aurait dit à une hôtesse de l’air alors qu’elle fermait un casier suspendu: «Pourquoi avez-vous peur? Tu penses que c’est une bombe? » L’hôtesse de bord a consulté ses collègues et a également informé le commandant de bord, qui avait alors décidé de faire fouiller l’appareil. Tous les passagers ont dû débarquer, entraînant l’annulation du vol. Bekele a été arrêté et emprisonné depuis. Au tribunal, témoignant par l’intermédiaire d’un traducteur, il a tenté de se défendre en mettant en exergue qu’il ne parlait que l’amharique et non l’anglais et qu’il ne faisait qu’une blague.

Mais le magistrat l’a condamné à quatre mois de prison ou à une amende de 100 000 shillings kényans (1 000 dollars). Pour l’instant, il ne peut pas payer l’amende, il reste donc en prison. Il n’est pas le seul et le premier voyageur à avoir fait ce genre de blague. En 2004, une étudiante britannique a failli passer 15 ans en prison aux États-Unis pour avoir plaisanté sur le fait qu’elle portait des bombes. Elle a été autorisée à rentrer chez elle après avoir accepté de faire un don de 1 000 dollars à un fonds de victimes du 11 septembre et d’écrire une lettre d’excuses. En 2013, un homme a été brièvement détenu à l’aéroport international JFK de New York après avoir été entendu en train d’utiliser le mot « bombe » à un ami. Il s’est avéré qu’il ne parlait que d’un sandwich, connu sous le nom de «la bombe».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus