gaetane

Bénin: l’audience de mise en état du recours contre la loi sur l’UPOV (OGM) reportée

La cour constitutionnelle vient de reporter l’audience de mise en état du recours contre la ratification par le Bénin de la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales (Upov). Précédemment prévue pour le mardi 5 août, elle aura finalement lieu, en cas de disponibilité de la cour, le 20 du même mois.

La loi portant sur la Convention internationale pour la protection des obtentions végétales communément appelée Organisme génétiquement modifié (Ogm) est transmise par le gouvernement du Bénin au parlement pour être adoptée. Lorsque ça va être ratifié, le Bénin perd sa souveraineté en matière de culture. Les paysans auront à s’acheter les cultures importées et génétiquement modifiées pour l’agriculture. C’est pour éviter cela que l’organisation non gouvernementale AMOClimWEC présidée par Dr. Brice Sohou a saisi la haute juridiction pour que ce projet soit classé aux calendes grec.

Trois fois de suite, le gouvernement a brillé par son absence aux audiences de la Cour. L’institution présidée par l’ancien garde des sceaux, celui-là même qui a signé le projet transmis aux députés de la septième législature, a prévu mettre en état le recours le mardi 5 août prochain. C’est-à-dire, que le gouvernement réponde ou pas, une décision devra être rendue. Ce vendredi 2 août, la cour a joint le requérant par téléphone en lui notifiant le report de l’audience au 20 août prochain.

Brice Sohou, très déçu de ce report n’a pas caché ses impressions. Il entend organiser des séances de sensibilisation sur toute l’étendue du territoire national à l’intention des paysans. Une marche nationale est même envisagée si rien n’est fait pour annuler le décret de transmission du projet de loi à l’Assemblée nationale.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus