Bénin: 59è célébration d’une indépendance de façade ?

Le Bénin, à l’instar de plusieurs d’autres africains, a négocié son indépendance en 1960. Chaque année, les sommités se retrouvent pour se la couler douce. En amont, des discours flatteurs, des parades militaires et civiles, des parures externes même si intrinsèquement tout semble aux mains du colon. Ce 1er août 2019, le Bénin réédite l’exploit d’une commémoration farceuse.

Les Béninois doivent-ils se sentir fiers de fêter chaque année une indépendance qui, visiblement, n’en est pas une? La notion de l’indépendance telle que conçue sous les tropiques réside en une souveraineté nationale qui frise de l’illusion. En effet, depuis la nuit des temps, rien à se mettre sous la dent en ce  qui concerne l’indépendance proprement dite. Le Bénin tout comme plusieurs pays de l’Afrique occidentale doit jusque-là tout aux pays occidentaux. Le riz consommé au Bénin est majoritairement importé de l’extérieur. Les pâtes alimentaires proviennent des pays de l’outre-mer. Les boites de conserves de l’Occident polluent le marché intérieur et les boissons importées sont prisées au détriment des productions locales.

Les produits pharmaceutiques continuent d’être importés alors que le pays se dit indépendant. Il faut évacuer les malades vers d’autres pays pour les faire soigner faute de matériels performants un peu moins de 60 ans après l’accession à la souveraineté nationale. Les intrants agricoles, en dépit des atouts naturels pour s’abonner aux pesticides bio, viennent de l’extérieur. L’administration publique ainsi que le secteur privé se donnent la main pour importer leurs articles enrichissant les pays producteurs. La devise qui permet d’opérer les échanges demeure dans le trésor du colon. L’Afrique francophone et le Bénin doivent leur souveraineté monétaire à l’Europe.

L’éducation importée

Dans les écoles béninoises, c’est un programme qui n’a rien à  voir avec les réalités du pays qui se déroule. L’histoire américaine, japonaise, française ou encore asiatique fait le plat de résistance du curriculum de formation dans les lycées et écoles béninois. Très peu d’élèves et d’étudiants se familiarisent avec l’histoire de leur pays. Tout le système contraint les fils du terroir à tourner dos à leur culture pour ingurgiter tout ce qui vient de l’autre côté de l’Océan.

Mode vestimentaire africaine hors de question

Le mode vestimentaire n’a rien à négocier avec les traditions africaines. Même ce jour de la célébration de l’accession à la souveraineté nationale, ceux qui ont arboré la tenue française sont élégamment installés. C’est de l’hébreu qu’on soit en désamour avec ses origines alors qu’on se réclame indépendant. A-t-on besoin d’une loi ou d’un décret pour se réconcilier avec ses racines?  Tous les Béninois sont d’avis que les tenues traditionnelles sont réservées pour les cérémonies funéraires et assimilés. Pour des événements officiels, il faut aller à l’école de l’autre, le parent dont on a de difficulté à se libérer malgré son âge avancé.

Gestion des entreprises d’Etat aux étrangers

Le Bénin a cette particularité. Depuis quelques années, il n’est pas surprenant de voir les expatriés à la tête de diverses entreprises d’Etat. Les différents régimes qui se sont succédé ont fait allégeance aux entreprises étrangères pour porter un coup de pouce à la gestion des entreprises nationales. Des Béninois travaillent pour la direction des allogènes. Ils sont traités à la “vidomègon” dans leur propre pays pourtant indépendant depuis 1960.

L’indépendance ne se vit pas au quotidien même si les paraphes semblent reconnaître l’indépendance, les pratiques sont loin d’en être en phase. Chacun dans son coin, autorités à divers niveaux, citoyen lambda, doit militer pour que l’indépendance soit constatée dans les actes quotidiens afin de permettre l’éclosion financière pour amorcer le réel développement individuel et collectif.

2 commentaires
  1. george dit

    Mr le journaliste Parfait FOLLY vos propos ne sont pas objectif ; vos raconter n’importer quoi et vous ne connaissez pas votre histoire. il faut que tu saches que ton pays le bénin n’était pas préparé quand il eu son indépendance. même chose quand on est passé en démocratie.
    un pays indépendant et démocratique est un pays responsable dans sa gestion .
    est ce que tu trouves que le bénin depuis 1960 a eu une gestion responsable.
    Meme chose pour les entreprises d’état, citez moi une qui a eu une bonne gestion sinon dilapidation des fonds et banqueroute. bénéficier d’une gestion privée ou étrangère n ‘est pas mauvais pour apprendre

  2. Dona dit

    Combien on vous paye pour défendre tout et rien ? Si ça peut vous nourrir, servez-vous en. Mais allez chercher autre occupation c’est mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus