Affaire viol Cristiano Ronaldo : l’accord de confidentialité violé par Kathryn Mayorga ?

Accusé de viol, Cristiano Ronaldo aurait payé 375 000 dollars à sa victime présumée contre son silence. Selon des documents officiels obtenus par TMZ le lundi 19 août, le montant versé par la star étant juste pour éviter le papillonnement de l’affaire dans la presse. Hélas, c’est chose faite aujourd’hui.

Cristiano Ronaldo a passé un accord avec son accusatrice en 2010. La victime présumée aurait reçu non seulement ce montant vertigineux, mais Kathryn Mayorga puisque c’est d’elle qu’il s’agit aurait également signé une clause de confidentialité l’interdisant d’étaler publiquement cette transaction.

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Affaire viol: un mandat envoyé à Turin pour collecter l’ADN de Cristiano Ronaldo  [/su_heading]

Ledit versement qui semble réveiller l’affaire viol qui a fortement secoué CR7 qui a toujours clamé une relation « consentie » n’a rien d’une confession. Car « les documents préciseraient bien que cet accord n’est en rien une reconnaissance de culpabilité, simplement le prix à payer pour que les médias n’aient pas vent de cette affaire. C’est raté... », informe Closermag.

[su_heading size=”17″]A lire aussi :  Affaire viol aux USA: les choses se compliquent pour Cristiano Ronaldo [/su_heading]

L’affaire remonte à 2009 dans une chambre d’hôtel de Las Vegas. En effet, Kathryn Mayorga (35 ans) accuse la star de la Juve de l’avoir violé. La jeune a donc porté plainte à la police, le 13 juin 2009, mais n’avait pas voulu mentionné le lieu ainsi que le nom de son agresseur. « Les images vidéos avaient également disparu, et faute de pouvoir enquêter, le dossier avait été refermé. », précise notre source. En 2018, l’affaire a refait surface parce que la jeune mannequin a demandé la réouverture du dossier auprès de la police de Las Vegas et sur le banc des accusés, CR7. Ce dernier a nié le viol et parle d’une « relation consentie.»

[su_heading size=”17″]A lire aussi : Cristiano Ronaldo – Affaire viol :  » les accusations demeurent  » selon l’avocate de la plaignante  [/su_heading]

En juillet 2019, la justice refuse d’inculper l’ancien buteur du Real Madrid. « Sur la base des informations disponibles, ces accusations ne peuvent pas être prouvées au-delà d’un doute raisonnable », a justifié le procureur du comté de Clark, dans le Nevada, dans un communiqué relayé par l’AFP et relaté par Closermag.

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus