Naufrage au large de la Tunisie: plus de 80 migrants portés disparus

Plus de 80 migrants partis de Libye à bord d’un bateau pneumatique ont fait naufrage au large de la Tunisie, le 1er juillet, a annoncé l’Organisation internationale des migrations.

Plus de 80 migrants partis de Libye ont fait naufrage au large de la Tunisie, a alerté ce jeudi un responsable de l’Organisation internationale des migrations (OIM), qui a pu rencontrer l’un des trois rescapés dans le sud de la Tunisie.

Ce rescapé, un homme Malien d’une vingtaine d’années « encore en état de choc », a indiqué que leur bateau avait fait naufrage lundi, et qu’il avait été sauvé in extremis mercredi, rapporte le responsable de l’OIM pour le sud de la Tunisie, Wajdi Ben Mhamed. « Il a précisé que le bateau était parti de Libye (pour l’Italie, NDLR) lundi à 6H00 du matin avec 86 passagers, il y a eu une fuite, et sous l’effet d’un mouvement de foule, l’embarcation s’est renversée quelques heures après le départ ».

80 personnes disparues

« Il ne sait pas ce que sont devenus les autres, ils sont portés disparus, il y a une probabilité qu’ils soient morts noyés », a ajouté ce responsable, après avoir parlé avec ce rescapé à l’hôpital de Zarzis (sud). « La mort de 80 migrants est à craindre, plus d’information est nécessaire pour confirmer ce qui est arrivé et le nombre exacte de disparus,  » a de son côté tweeté Flavio Di Giacomo, un porte-parole de l’OIM.

Quatre survivants, trois Maliens et un Ivoirien, ont été secourus par la Garde nationale maritime, alertée par des pêcheurs, avait auparavant précisé un porte-parole de la Garde nationale. Sans ajouter d’autres informations. Ces naufragés étaient partis lundi de la ville libyenne de Zouara, à 120 km à l’ouest de Tripoli, à bord d’un bateau pneumatique, selon les propos officieux d’un autre porte-parole de la Garde maritime s’exprimant sous couvert de l’anonymat et se basant sur les déclarations d’un survivant.

L’Ivoirien secouru est décédé jeudi à l’hôpital et un des Maliens est toujours hospitalisé en réanimation, selon le Croissant Rouge.

Du côté des autorités, le Premier ministre Tunisien Youssef Chahed a assuré ce mercredi, lors d’une visite à Zarzis, que « la question des réfugiés et des migrants ne relevait pas de la responsabilité de la République tunisienne » mais que « tous les pays devaient en assumer la responsabilité ».

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Ce site Web utilise des cookies pour améliorer votre expérience. Nous supposerons que vous êtes d'accord avec cela, mais vous pouvez vous désinscrire si vous le souhaitez. Accepter En savoir plus